mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Samuel Zijp a relié les 4 plus hauts sommets de Tahiti en 34 heures et 40 minutes

Publié le

Nous l'annoncions, Samuel Zijp, passionné d’ultratrail, s’était lancé le pari fou de relier les 4 plus hauts sommets de Tahiti : Pito Hiti ; Orohena, Aorai et Marau. Accompagné par ses camarades, Samuel a commencé sa course vendredi soir depuis Mahina. Il est arrivé ce dimanche matin au parc Vairai.

Publié le 05/07/2020 à 16:38 - Mise à jour le 06/07/2020 à 9:25
Lecture 2 minutes

Nous l'annoncions, Samuel Zijp, passionné d’ultratrail, s’était lancé le pari fou de relier les 4 plus hauts sommets de Tahiti : Pito Hiti ; Orohena, Aorai et Marau. Accompagné par ses camarades, Samuel a commencé sa course vendredi soir depuis Mahina. Il est arrivé ce dimanche matin au parc Vairai.

C’est sous les applaudissements et les pieds dans l’eau turquoise que se termine cette aventure unique. Samuel a parcouru 121 km et 8 200 mètres de dénivelé positif en 34 heures et 40 mninutes. 5 heures heures de plus que le temps estimé, mais face aux caprices du temps, l’essentiel est d’être arrivé jusqu’au bout et saint et sauf : « Je suis super content d’être arrivé au bout et je pense que je le faisais pas sans mes copains qui m’ont suivi sur la course. Donc super soulagé, super content et même surpris d’être allé au bout ».

Ils étaient trois au départ vendredi à 23 heures 30 au pied du phare de la Pointe vénus. Direction le mont Orohena, l’étape la plus dangereuse en passant par le sommet de Pito Hiti. 

Durant tout le parcours, Samuel était entouré par ses amis et des passionnés de courses à pied. Chacun pouvait le suivre sur plusieurs tronçons du parcours tout en se relayant : « C’était vraiment top de faire ça avec lui, c’était vraiment sympa, confie Juan. J’avais déjà fait le Orohena avant et j’avais envie de le refaire et surtout, je n’avais jamais fait d’ultra trail donc c’était apprendre comment faire un ultra trail et même si je n’ai fait qu’une partie, j’ai vraiment beaucoup appris avec Samuel. »

Lire aussi : Samuel Zijp, aito d’ultra-trail, veut relier plusieurs sommets de Tahiti à pied en moins de 28 heures

Pour Tamatoa, c’est la première course de nuit sur un trajet aussi long. Il a rejoint Samuel au niveau du Panorama du Taharaa et jusqu’à la fin du parcours, soit 80 km. Une expérience inoubliable : « C’était la première fois que je partais de nuit (…) J’avais mis un pull. Samuel était sans pull et moi j’avais un pull, je ne supportais pas. Et le fait d’être dans le noir, on a l’impression d’être lent. »

Natimeo, 10 ans, le fils de Samuel, a lui aussi partagé quelques kilomètres avec son père : « C’était important pour moi d’accompagner papa sur de petits tronçons du haut du Taharaa jusqu’au premier parking du belvedere et du haut de Miri jusqu’à l’arrivée au parc Vairai. »

En octobre, Samuel tentera de venir à bout des 165 kilomètres de la Diagonale des fous eà La Réunion, une des courses d’ultra trail les plus difficiles au monde.

REPORTAGEOriano Tefau

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Reef Vahine Cup 2020 : c’est parti !

Vendredi matin a débuté la Reef Vahine Cup, édition 2020 à l’embouchure de la Taharuu. Une compétition de surf qui ouvre la saison à Tahiti. Exclusivement réservée aux femmes, elle voit cette année un taux de participation record.

À Raiatea, les fortes pluies ont fait des dégâts

Route déchaussée, réseaux d'évacuation bouchés par des encombrants amenés par la pluie... Plusieurs dégâts ont été constatés à Raiatea suite aux intempéries.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV