samedi 27 février 2021
A VOIR

|

Ramer à Tahiti : une première pour Hong Kong !

Publié le

Publié le 18/05/2017 à 12:01 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:57
Lecture 2 minutes

Depuis quand pratiquez-vous le va’a ?

FT : J’ai commencé à ramer il y a 5 ans. J’ai d’abord commencé par du Dragon Boat avec l’équipe de mon entreprise, puis j’ai vite opté pour le va’a avec le Hong Kong VRD Paddle Club.
SP : J’ai commencé avec le Dragon Boat en 1993. Nous avons acheté des Malias en 1995, puis des OC6 et OC1. Depuis quelques années je rame en V1 pour être plus en connexion avec l’Océan.

 

Pourquoi participer aux championnats du monde ?

FT :  J’aime l’eau et l’océan. A chaque fois que je suis sur mon va’a je me sens connecté à la nature et je ne pourrai pas être plus heureux. Pour nous qui vivons à Hong Kong, être sur l’eau est une magnifique façon de pouvoir s’échapper de la ville.
SP : Par amour pour l’océan, la famille de rameurs que nous sommes, et pour se lever à 5 heure du matin !

Comment vous préparez-vous ?

FT : On rame, on rame et… on rame ! L’équipe s’entraine en V6 ou V1, 4 à 5 fois par semaine, tôt le matin avant d’aller au travail. On s’entraine également sur terre 2 fois par semaine.
SP :   Toute la semaine, on s’entraine à 5h du mat, avec des séries. Le week end on s’entraine en longue distance. On s’entraine aussi individuellement en Boot camp ou à la gym. Et surtout on regarde des vidéos des rameurs tahitiens en action.

Dans quel état d’esprit êtes-vous à l’approche de l’événement ?

FT : Nous sommes vraiment contents. La plupart d’entre nous est souvent allé à Hawaii mais n’est jamais allé à Tahiti. On ne connaît Tahiti que par youtube ! On a vraiment hâte !
SP : Nous sommes très impatient de venir à Tahiti pour cette première édition. C’est une opportunité unique de visiter des îles, rencontrer d’autres rameurs avec autant d’expérience et de technique. On espère apprendre d’eux. 

infos coronavirus