Pourquoi avoir lancé la Billabong Pro avec si peu de vagues ?

Publié le

Publié le 20/08/2016 à 16:56 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:59

C’est la question qui est sur toutes les lèvres, en particulier depuis l’élimination de Michel Bourez, qui a souffert de la mollesse des vagues : Pourquoi donc avoir lancé la Billabong Pro alors que les vagues étaient si rares et si petites. Les organisateurs n’auraient-ils pas pu mettre la compétition en OFF ce weekend et la démarrer plus tard, une fois la houle levée ? 

Pour le directeur de la compétition, Chris O’Callagan, c’est l’arrivée prévue du toero, ce redoutable vent d’Est, qui explique le démarrage précoce de la compétition, malgré les piètres conditions. « On a regardé les prévisions, elles n’étaient pas terribles. Mercredi soir, il y a le toerau qui vient. Les meilleures vagues sont prévues pour lundi et mardi, après ce sera mauvais, c’est pour ça qu’on a poussé aujourd’hui. »

« Si le vent se lève ici, les vagues ne seront plus surfables. Ça pose des problèmes de staff et de sécurité en plus. Là ça va, il y a des vagues, petites, mais il y en a. On a rallongé la série à 35 minutes dimanche, pour laisser plus de chances aux surfeurs. Du coup il y a entre quatre et six belles vagues par séries, c’est suffisant.  »

Pour les organisateurs, pas question de dépasser le planning de la waiting period. D’autres compétitions attendent, notamment à Los Angeles. Pour des raisons techniques, il est nécessaire que la compétition s’achève dans les temps.

 

Rédaction web (interview Brandy Tevero et Oriano Tefau)

Dernières news

Activer le son Couper le son