jeudi 2 juillet 2020
A VOIR

|

Plus de 70 médailles pour la délégation polynésienne au championnat du monde de jiu-jitsu brésilien

Publié le

Publié le 27/10/2018 à 15:45 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:51
Lecture < 1 min.

Cette année nos représentants sont venus en force avec un total de 146 compétiteurs inscrits, dont une trentaine d’enfants qui s’aligneront dans la catégorie « kids ».  Les compétiteurs s’affrontent sur six aires de combat et c’est la catégorie « Kids » qui ouvrent le bal avec des enfants âgés de quatre à treize ans.

Ceux-ci combattent sans kimono, en « No Gi ». Les techniques sont bien spécifiques puisque l’on ne peut pas agripper les manches du licra comme on le fait avec un kimono ou « Gi ». Venus de différents clubs comme la Tahitian Top Team, la Team Moorea, Vénus JJB, Tahitian Martial Spirit, la jeune garde tahitienne a décroché 41 médailles, dont 14 en Or.

Chez les plus grands, c’est en kimono qu’ils combattent. Chez les dames, Hoani Tehotu du Team Moorea gagne ses  deux premiers combats par soumission et en finale, elle s’impose aux points et pour sa première participation, remporte la médaille d’Or. « J’ai fait trois combats, j’ai finalisé les deux premiers et le dernier a été plus difficile, mais j’ai tenu. » explique la championne.

En tout, la délégation tahitienne a récolté plus de 70 médailles, mais il reste encore une journée de compétition pour faire flotter le drapeau tahitien sur le podium.
 

Rédaction web avec notre envoyé spécial Oriano Tefau

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Municipales 2020 : À Arue, un second tour boudé...

À Arue, trois listes s’affrontent : celle de Teura Iriti, de Tepuanui Snow et de Philip Schyle. La maîtrise de la crise sanitaire semble avoir fait revenir les électeurs au second tour, sans pour autant atteindre le niveau de 2014. Si la participation s’améliore par rapport au premier tour, elle est clairement marquée par un désintérêt général des électeurs.

Préparation et maintenance des travaux avant la reprise des...

Les appareils d’Air Tahiti Nui vont pouvoir sortir de la torpeur du Covid-19. Une remise en route qui implique une maintenance rigoureuse et quotidienne face à des conditions atmosphériques spécifiques aux îles. Air salin, humidité et rayons UV : une cinquantaine de personnes veillent à l’entretien de la flotte selon un programme bien précis. Une opération inédite pour la compagnie au tiare.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV