vendredi 14 août 2020
A VOIR

|

Paul Meilhat envisage de rapatrier son voilier par cargo

Publié le

Publié le 30/12/2016 à 14:41 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:59
Lecture 2 minutes

Le SMA est amarré au quai d’honneur son mat noir pointant vers le ciel. Depuis mercredi, le navigateur tente de réparer son bateau avec les moyens du bord. « Le bateau en lui même est en bon état, il y a juste une pièce qui est cassée, et comme ce sont des bateaux uniques, quand on casse une pièce, on est souvent obligé de la faire fabriquer ».

A l’heure actuelle, Paul Meilhat essaye d’adapter une pièce afin de réparer le vérin hydraulique brisé, qui l’empêche d’équilibrer le bateau avec la quille. Mais le navigateur a peu d’espoir concernant sa tentative de réparation.

Pour ce qui est de son retour, il est encore incertain. Pour l’instant deux solutions s’offrent à lui. Tenter de rentrer par la mer malgré l’avarie du voilier, ou mettre le bateau sur un cargo direction la métropole. Ce qui pour l’instant paraît l’option la plus sage.

En attendant, il profite de la Polynésie et surtout de la terre ferme. « Cela faisait deux mois que je n’avais pas dormi dans un lit, et pas dormi plus d’une heure consécutive. Je récupère tout doucement. Pour l’instant je n’ai vu que Papeete, vu que je travaille sur le bateau, je ne me suis même pas baigné depuis que je suis là. »

Ce soir, ce n’est pas en solitaire qu’il passera le réveillon, comme il l’avait prévu. Il fêtera la nouvelle année parmi ses nouveaux amis du yacht club de Arue.
 

Rédaction Web avec Tamara Sentis et Tauhiti Tauniua Mu San

Les explications de Paul Meilhat sur l’avarie

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV