samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Paris et Los Angeles assurées d’organiser les Jeux en 2024 ou 2028

Publié le

Publié le 11/07/2017 à 7:14 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:57
Lecture 2 minutes

Juste après le vote, Anne Hidalgo, maire de Paris, et son homologue de Los Angeles, le démocrate Eric Garcetti, sont montés à la tribune pour dire « merci » de concert. Il reste désormais au CIO et aux deux villes à trouver un accord « tripartite » pour décider de l’ordre d’attribution des Jeux-2024 et 2028.

Les 78 membres votants du CIO se sont prononcés à l’unanimité à main levée en faveur de cette double attribution, défendue depuis mars par le président du CIO Thomas Bach pour éviter de perdre « deux excellentes candidatures ».

Des négociations vont désormais débuter entre le CIO et les deux villes pour aboutir à un accord fort probable sur l’ordre d’attribution. Les membres du CIO réunis à Lima pour leur 131e session devront alors simplement ratifier cet accord le 13 septembre.

Si Paris demeure concentré sur 2024, Los Angeles a déjà ouvert la porte à une organisation de l’édition 2028. Un porte-parole de Los Angeles a même évoqué à propos de 2028 un « better deal » (« une meilleure affaire »), dans la mesure où la contribution garantie par le CIO augmentera mécaniquement. Cette contribution devrait atteindre 1,7 md USD pour 2024 et serait augmentée de 100 à 200 M USD pour 2028. 

Les deux villes ont présenté mardi leur dossier devant les membres du CIO. La candidature parisienne était emmenée par le président Emmanuel Macron qui a déclaré qu’après trois candidatures malheureuses, la France « est prête (pour les Jeux), elle les attend ».

Donald Trump, qui contrairement à Emmanuel Macron n’a pas fait le déplacement en Suisse, a publié un tweet quelques minutes après les présentations: « (Nous) travaillons dur pour obtenir les jeux Olympiques pour les Etats-Unis (L.A.). A suivre! ». Sans mentionner 2024.

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV