Pari gagné pour la Save va’a avec plus de 400 participants

Publié le

C’est un rêve qui est devenu réalité pour ceux qui se présentent comme les rebelles du va’a. La dizaine de rameurs déçus par l’organisation de la Super Aito ont donc réussi leur pari en fédérant plus de 400 personnes lors de la première édition de la Paquet Save Va’a. Loin d’imaginer une telle affluence, les organisateurs estiment avoir remporté leur pari en gagnant le cœur des rameurs du fenua et au-delà.

Publié le 02/09/2023 à 18:19 - Mise à jour le 02/09/2023 à 18:19

C’est un rêve qui est devenu réalité pour ceux qui se présentent comme les rebelles du va’a. La dizaine de rameurs déçus par l’organisation de la Super Aito ont donc réussi leur pari en fédérant plus de 400 personnes lors de la première édition de la Paquet Save Va’a. Loin d’imaginer une telle affluence, les organisateurs estiment avoir remporté leur pari en gagnant le cœur des rameurs du fenua et au-delà.

C’était un pari un peu fou, mais force est de constater que cette première édition de la « Paquet save Va’a » est un véritable succès. S’ils pensaient être une poignée il y a une semaine, ce sont au total plus de 400 rameurs et rameuses de tous âges qui se sont présentés sur la ligne de départ à la Pointe Vénus. Loin du stress habituel d’une compétition officielle, c’est un esprit plus convivial que les organisateurs souhaitent promouvoir… « D’habitude, on est en mental guerrier. Là, c’est plus ‘on va s’amuser avec nos copains’. Au début, on devait être 15. On s’était dit qu’on allait juste s’amuser et prendre notre pied comme d’habitude. On se retrouve avec 400 autres qui ont la même pensée. Merci à tous ! » se réjouit Steeve Teihotaata, rameur et organisateur de la Paquet Save Va’a.

Lire aussi : Le « Paquet Save Va’a », une compétition « rebelle » contre la Super Aito

Après une semaine d’échanges houleux dans les différents médias de la place, opposant organisateurs de la super Aito et certains champions de va’a locaux, place au sport. Et le choix de la pointe Vénus comme terrain de jeu, n’a rien d’anodin.

En plus d’avoir accueilli 200 ans plus tôt les révoltés de la Bounty, ce spot est aussi l’ancien point de départ de la Te Aito. « Notre but c’était de faire revenir cette course prestigieuse à Mahina mais plus les jours passent, moins on en parle. C’est notre propre course. On n’est pas en train de faire une comparaison. Ce mouvement regroupe plusieurs personnes, pas seulement les mécontents du derniers Aito mais les mécontents de toutes ces années ».

– PUBLICITE –

17 km de course entre les baies de Matavai et Taaone engloutis en 1h40 pour les plus rapides. À ce jeu-là, c’est Kevin Céran-Jérusalémy qui a été le plus fort. Une victoire disputée de bout en bout avec son dauphin Brice Punuataahitua lui-même tenant du titre de la Te Aito 2023. Tout un symbole. « Cette journée c’est grâce à nous tous, grâce au va’a. On n’avait pas peur des sanctions qu’on allait avoir, même si on est largement dans les règles (…) Le va’a n’est pas qu’un sport pour nous. (…) je dédie ma victoire à tous les rameurs du monde ! »

Parmi les 400 participants, les organisateurs ont aussi eu la surprise de voir de nombreux sportifs étrangers. Initialement venus participer à la Super Aito, déprogrammée pour cause de forte houle, ces champions n’ont pas hésité à se rabattre sur cette course. « J’étais triste voire complètement cassé. (…) Ça nous a sauvé notre séjour », confie Chasi Vonnordhim, rameur Hawaiien.

Un franc succès qui laisse présager une seconde édition en 2024 comme le laisse entendre Steeve Teihotaata :
« Quand on a un enthousiasme comme ça du peuple qui répond présent en si peu de temps, on va d’abord se concentrer sur cette journée et la finir, mais ensuite, pourquoi pas s’asseoir autour d’une table avec les copains et en discuter. »

Le rendez-vous et donc donnée pour l’année prochaine, même si cette fronde devrait encore agiter le monde du va’a les semaines, voire mois à venir.

Dernières news