dimanche 25 septembre 2022
A VOIR

|

Communiqué

Naea Bennett : “Il n’y a pas de mauvais jeunes, il y a juste des jeunes qui ne savent pas quoi faire”

Publié le

COMMUNIQUÉ - Le ministre de la Jeunesse et de la Prévention contre la délinquance, en charge des Sports, Naea Bennett, a reçu vendredi 11 mars, le président de la fédération de boxe anglaise de Polynésie française (FBAPF), Ismaël Tahiata. Dans le prolongement de cette rencontre, le ministre, accompagné du chef de service de la délégation pour la Prévention de la Délinquance de la Jeunesse (DPDJ), Teiva Manutahi, s’est rendu, ce lundi en fin d’après-midi à la salle Fautaua de Pirae, pour rencontrer les jeunes de la FBAPF. Le ministre Naea Bennett, s’est ensuite rendu à la salle de sport du champion polynésien de Jiu Jitsu Brésilien, Dany Gérard, à Papeete, afin d’échanger sur des projets pilotes qui peuvent être pensés et mis en place pour la sensibilisation des jeunes à la délinquance.

Publié le 15/03/2022 à 16:15 - Mise à jour le 15/03/2022 à 16:15
Lecture 5 minutes

COMMUNIQUÉ - Le ministre de la Jeunesse et de la Prévention contre la délinquance, en charge des Sports, Naea Bennett, a reçu vendredi 11 mars, le président de la fédération de boxe anglaise de Polynésie française (FBAPF), Ismaël Tahiata. Dans le prolongement de cette rencontre, le ministre, accompagné du chef de service de la délégation pour la Prévention de la Délinquance de la Jeunesse (DPDJ), Teiva Manutahi, s’est rendu, ce lundi en fin d’après-midi à la salle Fautaua de Pirae, pour rencontrer les jeunes de la FBAPF. Le ministre Naea Bennett, s’est ensuite rendu à la salle de sport du champion polynésien de Jiu Jitsu Brésilien, Dany Gérard, à Papeete, afin d’échanger sur des projets pilotes qui peuvent être pensés et mis en place pour la sensibilisation des jeunes à la délinquance.

Le bureau fédéral de la FBAPF, détenteur de la délégation de service public (DSP), a exposé les 3 axes principaux autour desquels s’articulent ses actions : le haut niveau, la promotion du sport de masse, et la formation de ses cadres et entraineurs.

Pour rappel, en janvier 2020, le ministère de la Jeunesse et des Sports, avait accordé à la FBAPF, une délégation de service public, synonyme de subventions versées par le Pays, mais qui donne également la possibilité d’organiser des championnats en Polynésie française. Elle permet aussi aux athlètes affiliés à la fédération délégataire, de représenter le fenua lors des compétitions internationales.

Après les présentations, le chef de service de la délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse, Teiva Manutahi, a exprimé sa reconnaissance envers la FBAPF, partenaire de la DPDJ dans ses actions de prévention et de soutien à la jeunesse polynésienne. Elle intervient notamment le mercredi après-midi dans les jardins de Paofai, où sont organisées des journées de prévention et de sensibilisation contre la délinquance juvénile, mais pas uniquement, puisqu’il s’agit également d’accorder aux jeunes, un espace qui leur est dédié, où ils peuvent s’initier à différentes disciplines sportives (va’a, basket, volley, street work out, dancing, etc).

Le ministre s’est ensuite exprimé en échangeant avec les jeunes boxeurs, et leurs entraîneurs qui partent régulièrement pour s’aguerrir, engranger de l’expérience, et bénéficier de l’expertise de la métropole pour un meilleur développement de la boxe sur le territoire polynésien. Cette rencontre a également permis aux jeunes, d’exprimer les différentes difficultés qu’ils rencontrent au quotidien dans leur discipline, et de faire part de leurs doléances.

Très à l’écoute, Naea Bennett a exprimé sa satisfaction de voir l’implication de la FBAPF, de l’ensemble de ses équipes et de ses membres, pour amener nos jeunes à la pratique du noble art. Il a salué et encouragé la délégation de jeunes boxeurs polynésiens, qui prendront l’avion ce jeudi 17 mars, en direction de la métropole, afin de participer aux championnats de France, où sont attendus les meilleurs boxeurs français des catégories jeunes : benjamins, minimes, cadets et juniors. Cette délégation sera emmenée par Rodrigue Ah Min, connu et reconnu aussi bien à Tahiti qu’en métropole.

“La délinquance, au cœur de nos préoccupations”

Le ministre Naea Bennett, accompagné de Teiva Manutahi, s’est ensuite rendu à la salle de sport du champion polynésien de Jiu Jitsu Brésilien, Dany Gérard, à Papeete, afin d’échanger sur des projets pilotes qui peuvent être pensés et mis en place pour la sensibilisation des jeunes à la délinquance.

Le ministre Naea Bennett et Teiva Manutahi, ont souhaité que des interventions de sensibilisation puissent être menées conjointement avec la participation de grandes figures sportives reconnues telles que Dany Gérard, dans les programmes d’action de la DPDJ. Ils envisagent également d’aller prochainement à la rencontre des “leaders” des quartiers prioritaires, ceux qui sont régulièrement à l’origine des affrontements, afin de trouver des solutions plus apaisantes, permettant de ramener la paix et la sérénité dans les quartiers, et ainsi les orienter vers une dynamique plus responsable.

Rappelons que la DPDJ est un service administratif qui a été créé en mai 2020, et qui a des missions qui se concentrent sur la prévention des risques liés à la délinquance, la promotion d’une jeunesse responsable, et le soutien à la parentalité. Entité placée sous la tutelle du Pays, la Délégation effectue un travail de proximité avant tout, et s’attache à être, sur le terrain, au cœur des quartiers, des vallées, des communes et districts, à Tahiti et dans les îles, pour être un levier, un tuteur, un catalyseur des forces vives du Pays.

Dans une société où l’activité et l’emploi sont des biens précieux, et avec l’impact de la situation économique consécutive à la crise sanitaire de la Covid-19, la DPDJ s’inscrit aujourd’hui et durablement, dans le paysage institutionnel du Pays, pour épauler, aider, soutenir puis accompagner la jeunesse polynésienne ainsi que les familles.

Le ministre de la Prévention contre la délinquance, Naea Bennett, a pour sa part évoqué sa volonté d’aller chercher au plus loin, cette jeunesse qui se perd, de les ramener et de les raccrocher à quelque chose de concret, en indiquant que “la délinquance est au cœur de nos préoccupations”. Il a aussi précisé que ces échanges, ces remontées d’informations permettront de finaliser le schéma directeur de la Jeunesse, outil de pilotage du ministère. Cette année, le ministère en charge des Sports souhaite mettre en place, des actions phares pour favoriser l’insertion des jeunes. “Il n’y a pas de mauvais jeunes, il y a juste des jeunes qui ne savent pas quoi faire”, a indiqué le ministre Naea Bennett.

infos coronavirus