lundi 16 mai 2022
A VOIR

|

MMA : les Polynésiens se préparent pour une compétition à San Diego

Publié le

Le Toa Tahiti fighting championship episode 2, ce sera le 18 mars en Californie. 11 combattants polynésiens de MMA se préparent pour affronter des athlètes américains. L’évènement est organisé par l’EPIC Fighting , l’unique organisation de combat MMA de San Diego.

Publié le 22/02/2022 à 14:43 - Mise à jour le 22/02/2022 à 16:06
Lecture 2 minutes

Le Toa Tahiti fighting championship episode 2, ce sera le 18 mars en Californie. 11 combattants polynésiens de MMA se préparent pour affronter des athlètes américains. L’évènement est organisé par l’EPIC Fighting , l’unique organisation de combat MMA de San Diego.

La préparation est intense. Depuis 3 semaines et 6 jour sur 7, les combattants de 3 clubs suivent à la lettre les consignes de leurs entraineurs, Raihere Dudes et Henri Burns. Le rendez-vous est pris. Le 18 mars, 11 athlètes seront appelés à combattre dans l’octogone de l’Epic Fighting de San Diego. Et pour certains ce sera leur premier combat international. Kaha Pereti combat en catégorie – 61kg : “Le début de prépa a été compliqué. Enfin c’est toujours compliqué quand il faut se remettre dans le bain. Cette fois-ci encore plus pour moi parce que c’est la première fois que je baisse autant. Mais petit à petit ça va, je m’habitue à mon poids et là maintenant à moins de deux semaines de mon combat, je me sens plutôt bien”.

Dans la team tahitienne, Tehana Bernardino représente la tête d’affiche. Elle compte déjà une victoire en Californie, en – de 61 kg. Cette fois elle vise une nouvelle ceinture, dans la catégorie inférieure : “J’ai dû un peu réadapter, réduire un peu mes portions. mais ça va. Je me sens en forme. Ça n’a pas été très difficile. Trois kilos en moins ce n’est rien.”

Le Toa Tahiti Fighting VS EPIC fighting, est un show de MMA très attendu par les fans de la discipline en Californie. Jason Stewart, le directeur de l’organisation suit les entrainements et la progression des combattants tahitiens :“Chaque fois que j’ai vu un combattant tahitien, il se défendait avec son cœur. Les Tahitiens expriment vraiment leur esprit guerrier, et c’est dans leur culture de faire tous les efforts même les plus durs pour ne pas abandonner“.

Pour mettre toutes les chances de son côté, la délégation travaille chaque technique de combat, au sol, la lutte, ou les pieds poings. Une remise à niveau nécessaire pour les jeunes athlètes de la discipline. Comme Ariihei Lehartel, médaillé de bronze en taekwendo lors des championnats du monde 2019 en Ouzbékistan : “Plutôt adapter les défenses take down, les amener au sol parce que mon point fort c’est le strike en haut plutôt. Du coup pendant tous les fights, il faudra essayer de ne pas aller au sol. Ce sera de la défense take down.”

Pour assurer leur participation, les combattants seront isolés une semaine avant leur départ par mesure de précaution, afin d’être sûrs de ne pas être testés positifs avant de partir. À San Diego, ils s’entraineront pendant 15 jours dans la salle de l’Epic fighting accompagnés d’entraineurs américains.

infos coronavirus