vendredi 7 mai 2021
A VOIR

|

Michel Bourez se qualifie pour le 3e round du Quik Pro France

Publié le

Publié le 08/10/2015 à 13:16 - Mise à jour le 27/06/2019 à 11:07
Lecture 2 minutes

Michel Bourez est passé en enregistrant seulement 7,67 points au total contre 6,40 pour son adversaire. Mais ce score n’est pas très révélateur de la victoire de Michel bourez. Car le Tahitien aurait pu prendre des bombes bien épaisses d’un bon gros 2,50 m. Mais il a dû la jouer stratégique face à Wiggoli Dantas. Le Brésilien l’a en effet collé au maillot pour l’empêcher de bien surfer. « Peu importe où j’allais, il me suivait. Donc en gros si j’étais bien placé, c’est lui qui aurait la vague », explique le Spartan. 

Michel Bourez a donc fait parler l’expérience. Ses deux meilleures vagues notées  3 points et 4,67 points ont  été suffisantes. Même si la deuxième, avec un petit tube aurait mérité meilleur résultat. Cette victoire a le mérite de lui redonner confiance. Et il en aura bien besoin car son adversaire au troisième tour sera le français Jérémy Florès. « Ca va être chaud parce que c’est un copain et tout. Je pense qu’on a autant envie l’un que l’autre de passer. Donc si on est ensemble c’est comme ça c’est la vie, c’est la compétition. je pense qu’on va se donner tous les deux au maximum », confie Michel Bourez au micro de Tahiti Nui Télévision. 

À domicile, Jérémy Florès aura à cœur de briller devant son public. Le vainqueur de Teahupo’o est lui aussi en confiance : il a battu le hawaiien Dusty Paine à plate couture sur le score de 10,56 points à 1,33 points. « Je remercie tous ceux qui me supportent » , lance-t-il. « Je suis content d’avoir pris une vague. Hier je n’en avais pas eu du tout. Aujourd’hui j’en ai eu une. J’espère que la prochaine fois j’en aurais deux pour pouvoir faire un meilleur total et aller plus loin dans la compétition ». 
Michel Bourez devra donc donner le meilleur de lui même dans des conditions qui s’annoncent en baisse.
 

(Reportage : Karim Mahdjouba)

Le reportage de Karim Mahdjouba

infos coronavirus