mardi 31 mars 2020
A VOIR

|

Maui : un jeune Polynésien tête d’affiche au Vélodrome

Publié le

Il a 12 ans, et des milliers de personnes ont visionné la publicité qu’il a réalisé pour Vélodrome à Marseille. Maui Broséus a été sélectionné parmi 150 000 jeunes pour représenter le stade mythique de la 2ème métropole française...

Publié le 26/02/2020 à 9:38 - Mise à jour le 26/02/2020 à 10:51
Lecture 2 minutes

Il a 12 ans, et des milliers de personnes ont visionné la publicité qu’il a réalisé pour Vélodrome à Marseille. Maui Broséus a été sélectionné parmi 150 000 jeunes pour représenter le stade mythique de la 2ème métropole française...

Il fait du foot depuis l’âge de 5 ans, mais n’aurait jamais imaginé rencontrer ses idoles, ni représenter le stade du Véldrome : Maui, 12 ans, a tourné, au début du mois, une publicité pour l’Olympique de Marseille. Son père, supporter du club, avait envoyé sans y croire la photo de son fils. Il a été choisi à l’unanimité pour représenter le stade.

« C’était vraiment une sacrée surprise! » raconte Nicolas Broséus, le père de Maui. « C’était histoire de s’amuser au départ, parce-qu’ils cherchaient un jeune de 12 ans pour faire la publicité OM tour. Mon fils ayant 12 ans, j’ai joué le jeu, sans vraiment y croire. 48h plus tard, j’ai reçu un message pour m’annoncer qu’ils voulaient Maui pour leur publicité. Il y avait plusieurs milliers de candidatures. Il a été sélectionné est a été ensuite choisi par les équipes de l’OM à l’unanimité« .

Maui et son père s’envolent alors pour Marseille début février. Le tournage de la publicité se déroule sur la journée. C’est une première devant les caméras pour le jeune adolescent : « C’est une publicité pour inciter le public à visiter le Vélodrome, et à s’intéresser à l’histoire du stade et de l’équipe », explique son père. « J’ai vu des joueurs que je n’avais jamais vu : Dimitri Payet, Steve Mandanda, Morgan Sanson…. j’ai fait une photo avec Payet : c’était trop top en fait! On est allés dans une chambre d’un copain du caméraman, pour la 1ère séquence, puis nous avons tourné au Vélodrome. J’étais carrément impressionné, c’était vraiment top! », s’exclame le garçon.

« Il a une faculté qui m’impressionne jour après jour, alors non, je ne suis pas trop surpris. On le voit à travers différents tableaux proposés par l’OM. La sérénité qu’il avait devant la caméra m’en a bouché un coin! Voir, après, ce mélange entre ce que l’on a pu faire, et les joueurs, et le stade en ébullition : c’est merveilleux! On est vraiment très contents du résultat final, et cela restera une expérience unique », conclut son père, Nicolas.

La vidéo a été vue près de 10 000 fois en une semaine… et Maui se verrait bien renouveler l’aventure.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : une nouvelle version de l’enquête de la...

Mobilisée pour ses 29 735 ressortissants, la CCISM adapte à l’évolution de la situation son enquête en ligne sur l’impact économique du coronavirus sur les entreprises, et propose à ses ressortissants une nouvelle version dont l’objectif est de chiffrer l’impact financier/salarial et d’identifier leur situation actuelle afin d’anticiper sur la reprise économique.

Le collectif budgétaire spécial Covid-19 approuvé à l’unanimité

Le collectif budgétaire spécial Covid-19 a été approuvé à l’unanimité par les membres de la commission de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique, à l’Assemblée de la Polynésie française. Il sera examiné en session plénière de l’Assemblée ce jeudi 26 mars.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV