mardi 7 juillet 2020
A VOIR

|

Les courses hippiques retardées à cause des intempéries

Publié le

Publié le 18/04/2017 à 14:05 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:57
Lecture < 1 min.

Les fortes pluies ont retardé l’entrainement des chevaux de course. Alors que l’hippodrome de Pirae s’apparentait à accueillir les champions du trot et du galop, l’association Hippique et d’encouragement à l’élevage de Polynésie Française a décidé de reporter les deux premières compétitions de la saison. Avec la piste de course inondée et détériorée, les chevaux ont dû rester sagement au box. Cette marge supplémentaire permet aux propriétaires des chevaux de redoubler d’efforts pour préparer leurs montures et rattraper le retard.« On ne peut pas  entraîner les chevaux quand il y a du mauvais temps. Cela coupe complètement les entraînements », affirme Pierre Izal, président de l’association qui reprend les préparations.

Louis Raoulx, propriétaire de chevaux de course, vient d’accueillir deux nouvelles montures de Nouvelle-Zélande. Mais avec les intempéries, le voyage des chevaux a été plus long que prévu. « Ils ont déjà couru en Nouvelle-Zélande mais il faut compter au moins un mois pour adapter le cheval à l’environnement et après entre un mois et demi et deux mois pour l’entrainement selon ses capacités », explique-t-il devant une jument de 4 ans encore stressée par le trajet.

Les tours de piste vont donc devoir s’enchainer avant la reprise des paris, le 14 mai, à Pirae. 
 

Rédaction web avec Thomas Chabro

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Malgré les critiques, l’Assemblée adopte le SAGE

Adopté par 39 voix contre 18, le schéma d’aménagement général de Polynésie française a d’abord fait l’objet de quelques empoignades ce matin. Vivement critiqué par les élus de l’opposition, le SAGE s’est rapidement vu éclipser par la très controversée Route du sud.

Australie : un homme tué par un requin

Un homme est décédé samedi après avoir été attaqué par un requin pendant qu'il pêchait au harpon au large de la côte est de l'Australie, a indiqué la police.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV