A VOIR

|

Les Américains de Eagle Rock remportent le Papeete International Rugby Seven

Publié le

Les joueurs de l'équipe d'Eagle Rock sont les grands vainqueurs du quatrième Papeete International Rugby Seven. Les Américains ont battu l’équipe de Faa’a en finale samedi soir à Fautaua. Une dizaine d’équipes dont deux américaines se sont mesurées sur ce tournoi annuel de rugby à 7.

Publié le 16/10/2022 à 15:43 - Mise à jour le 16/10/2022 à 23:34
Lecture 3 minutes

Les joueurs de l'équipe d'Eagle Rock sont les grands vainqueurs du quatrième Papeete International Rugby Seven. Les Américains ont battu l’équipe de Faa’a en finale samedi soir à Fautaua. Une dizaine d’équipes dont deux américaines se sont mesurées sur ce tournoi annuel de rugby à 7.

Plus techniques et très soudés, les Eagles Rock américains ont rapidement pris l’avantage grâce à leurs ailiers véloces. 

Avec la frustration de cette finale qui lui échappait, Faa’a a cédé à quelques mouvements d’humeur, qui ont engendré des cartons jaunes. Et au rugby à sept, l’infériorité numérique est fatale. Les Eagles Rock l’ont donc emporté 24 à 5. “Nous étions face à une équipe très forte. Nous les avions vu jouer tout le week-end donc on se méfiait d’eux. Mais c’est notre état d’esprit, notre cohésion qui nous a permis de gagner”, estime John Rose, ailier de la team Eagle Rock.

Pour Thomas Dejant, joueur de Aro Faa’a, “ça se joue à des détails. On s’est mélangé les pinceaux. C’est peut-être aussi la pression d’une finale. On est quand même un groupe assez jeune avec quelques anciens mais pas mal de jeunes et ça a péché dans ce sens là je pense.”

A l’image de Vincent Dubois, les vétérans de la sélection Samoa 2007 ont tout fait pour trouver la faille dans la défense des Américains de Renegades, troisièmes du tournoi – Photo : Mike Leyral

L’autre équipe américaine, les Renegade se classe troisième en remportant la petite finale face à une valeureuse équipe de vétérans, la sélection tahitienne qui avait disputé les Jeux du Pacifique aux Samoa en 2007. Très techniques et plein d’envie, les quadragénaires de retour sur le pré ont eu du mal à enchaîner les matchs, mais ont fait douter tous leurs adversaires.

Une dizaine d’équipes se sont affrontées sur ce tournoi annuel, en plus des matchs d’exhibition.

Le tournoi parrainé par un ancien international, Maxime Mermoz, est appelé à grandir encore. “Ça fait toujours plaisir de pouvoir voir des mecs qui jouent au rugby à l’autre bout de la planète et d’avoir de beaux potentiels et des mecs passionnés. J’ai pensé à quelques équipes de métropole. Il y en a qui m’ont déjà contacté pour venir, confie l’ancien centre de l’équipe de France. Ça peut être vraiment sympa parce qu’il y a besoin de faire vivre les choses sur place. Il faut essayer d’avoir plus de force et faire vivre les choses au maximum.”

Chez les Hine, Autahi remporte deux victoires face aux puissantes joueuses de Faa’a – Photo : Mike Leyral

Une dizaine d’équipes se sont mesurées sur ce tournoi annuel, en plus des matchs d’exhibition chez les U16 et les Hine, ou l’équipe de Barbarians Autahi l’a emporté deux fois face aux filles de Faa’a.

Après le Seven’s, place au XV. Le championnat va recommencer, avec cette fois de la place pour tous les gabarits, et plus seulement pour les sprinteurs

Crédit : Mike Leyral/Tahiti Nui Télévision