dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Le MMA Polynésien s’aligne sur l’international

Publié le

La pratique légalisée, et une cage pour combattre. Dojo Vénus a fait venir un octogone en Polynésie et a mis à profit la crise de la covid pour former des cadres.

Publié le 15/04/2021 à 17:46 - Mise à jour le 16/04/2021 à 9:38
Lecture 2 minutes

La pratique légalisée, et une cage pour combattre. Dojo Vénus a fait venir un octogone en Polynésie et a mis à profit la crise de la covid pour former des cadres.

Elle est enfin là. La cage ou l’octogone… Avant d’accueillir des combats, il aura fallu 2 jours à l’équipe technique pour assembler cette structure très attendue. Une acquisition d’un montant de 3,5 millions de Fcfp, financée par des donateurs et des aides du Pays, concrétisant ainsi l’objectif d’organiser des compétitions de MMA en Polynésie. “Quand on veut quelque chose de qualité, comme toutes les structures de combat, je pense qu’un ring de boxe ça coûte cher, (…) quand on prend des grandes surfaces de tapis de judo c’est aussi très cher, d’autant plus quand il faut les faire venir jusqu’ici, c’est compliqué des fois, explique Bernard Di Rollo, le président de la Section Dojo Venus Lutte MMA et jiu jitsu brésilien. Et là le fait qu’il y avait peu de bateaux, peu de containers disponibles, les prix ont flambé quand même sur le transport.”

Lire aussi : Après la Polynésie, le MMA légalisé en métropole

Le MMA, ou art martiaux mixtes a été légalisé quelques mois seulement avant l’arrivée de la Covid au fenua. Les responsables de la discipline, loin de se décourager, ont profité de cette période de crise sanitaire pour former ses cadres et  être opérationnel dès la levée des restrictions. “Cette année un peu blanche au niveau des compétitions, ça nous a permis de vraiment finaliser tout ce qui est formation et mise en place. Finalement c’est un mal pour un bien je pense. Maintenant on a le droit de faire des compétitions (…) On a une douzaine de coachs homologués dans les différents clubs à Tahiti mais aussi dans les îles, jusqu’au Marquises. On a un club aux Marquises.”

Un outil flambant neuf qui accueillera ses premiers compétiteurs le 12 juin prochain. Au programme, pas moins de 12 combats de toutes les catégories pour 5 heures de compétition.

Rédigé par

infos coronavirus