lundi 26 juillet 2021
A VOIR

|

Le beach rugby a le vent en poupe chez les jeunes

Publié le

Une centaine de jeunes âgés de 8 à 16 ans se sont retrouvés à Aorai Tinihau pour s’adonner à leur sport favori : le beach rugby. Cette nouvelle pratique très ludique permet d’initier les plus jeunes en toute sécurité et de former la relève. C’est l’objectif que se sont fixés les clubs et la fédération polynésienne de Rugby.

Publié le 13/06/2021 à 15:46 - Mise à jour le 14/06/2021 à 9:00
Lecture < 1 min.

Une centaine de jeunes âgés de 8 à 16 ans se sont retrouvés à Aorai Tinihau pour s’adonner à leur sport favori : le beach rugby. Cette nouvelle pratique très ludique permet d’initier les plus jeunes en toute sécurité et de former la relève. C’est l’objectif que se sont fixés les clubs et la fédération polynésienne de Rugby.

Les mauves, les verts, les oranges ou encore les rouges, 6 clubs ont répondu présents. Par équipe de 5 joueurs sur le terrain, les jeunes s’affrontent durant 7 minutes. Le beach rugby se veut ludique et sécuritaire : contrairement à son homologue traditionnel, il n’y a pas de placage. Et les enfants s’en donnent à cœur joie.

“Ca va très très vite. A partir du moment où on est touché, on doit toucher avec le ballon le sable et, très vite, soit faire une passe, soit aller marquer. L’idée, c’est qu’on marque plus que l’adversaire”, explique Gilles Lafitte, directeur technique fédéral.

Le touch rugby permet de marquer plus d’essais que le rugby classique. Les plus rapides tirent leur épingle du jeu. Les jeunes sont ravis d’en découdre. “Il faut qu’on progresse dans les intervalles, dans la vitesse et aussi dans l’esprit d’équipe” rapporte une jeune joueuse du club de rugby Manu Ura de Paea.

Les jeunes sont plus que motivés. Ils offrent de belles prestations sous l’œil attentif de leur coach et de la fédération polynésienne de rugby.

“On a vu de très beaux essais […], on a vu beaucoup de choses intéressantes”, se réjouit Patrick Lopez-Diot, responsable de l’école du Rugby Club de Pirae.

“C’est notre rôle, leur inculquer des valeurs non seulement pour le sport mais aussi qui vont leur servir dans leur vie”, concède de son côté Nicolas Ebb, éducateur du Rugby club de Papeete.

Avec une centaine de jeunes rugbymen et rugbywomen tous aussi motivés les uns que les autres, la relève est assurée. Le rugby polynésien a encore de beaux jours devant lui…

infos coronavirus