L’Angleterre prend la 3ᵉ place de la Coupe du Monde de rugby en s’imposant face à l’Argentine

Publié le

L'Angleterre, battue de justesse par l'Afrique du Sud en demi-finale, s'est consolée en s'adjugeant la troisième place de la Coupe du monde de rugby grâce à son succès dans la douleur sur l'Argentine (26-23) vendredi au Stade de France.

Publié le 27/10/2023 à 11:17 - Mise à jour le 27/10/2023 à 11:17

L'Angleterre, battue de justesse par l'Afrique du Sud en demi-finale, s'est consolée en s'adjugeant la troisième place de la Coupe du monde de rugby grâce à son succès dans la douleur sur l'Argentine (26-23) vendredi au Stade de France.

Les supporters anglais auraient sans doute signé des deux mains avant le début de la compétition si on leur avait dit que leur équipe finirait sur le podium deux mois plus tard. Après une année de galère ponctuée par le limogeage l’hiver dernier du sélectionneur Eddie Jones, remplacé au pied levé par Steve Borthwick, le XV de la Rose venait de boucler sa préparation par une défaite historique contre les Fidji (30-22) dans son jardin de Twickenham.

On pouvait alors même se demander s’il serait en mesure de sortir de son groupe parmi l’Argentine, le Japon et les Samoa, mais son entrée en lice dans le tournoi avait donné des premiers éléments de réponse.  C’était déjà face aux Pumas, le 9 septembre à Marseille. Il y faisait nettement plus chaud et plus sec que ces derniers temps en région parisienne, ce qui n’avait pas empêché les Anglais de poser les bases de leurs succès des semaines suivantes.

Très vite réduits à 14, ils s’étaient appuyés sur leur agressivité défensive et la réussite au pied de leur ouvreur George Ford, auteur de trois drops ce soir-là, pour dominer des Sud-Américains sans idées (27-10). Sept semaines ont passé depuis. Ford a laissé l’ouverture à Owen Farrell, revenu de suspension, les adversaires savent très bien à quoi s’attendre, mais la recette fonctionne toujours.

– PUBLICITE –

Elle a failli surprendre les Springboks, passés au forceps en finale la semaine dernière (16-15), et a pris d’entrée l’Argentine à la gorge vendredi. Comme un symbole, c’est le troisième ligne Ben Earl, révélation anglaise du tournoi, qui, lancé plein fer dans la défense adverse, a permis aux siens de prendre rapidement les devants (13-0, 13e).

Les hommes de Borthwick ont tout de même joué à se faire peur, passant brièvement derrière au score après un exploit individuel de Santiago Carreras, contré deux minutes plus tard par le jeune talonneur Theo Dan. A l’issue d’une semaine perturbée par l’affaire Tom Curry, qui affirme avoir été la cible d’une injure raciale de la part du talonneur sud-africain Bongi Mbonambi, les Anglais ont serré les dents jusqu’au bout.

Jusqu’à ce que l’expérimenté Nicolas Sanchez (35 ans) manque la pénalité de l’égalisation et que l’éternel George Ford stoppe une dernière offensive de l’électrique Mateo Carreras. Les quadruples finalistes de la Coupe du monde (1991, 2003, 2007 et 2019) terminent pour la première fois à la troisième place après avoir perdu la petite finale de 1995.

La finale samedi (21h00) entre les survivants de l’autre partie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud, devrait être d’un autre niveau.

Dernières news