mercredi 3 mars 2021
A VOIR

|

L’agrément de la Fédération polynésienne d’escrime est retiré

Publié le

Publié le 25/02/2019 à 15:47 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:50
Lecture 3 minutes

L’affaire a éclaté en janvier dernier, lorsque TNTV avait révélé une plainte  déposée par le Pays auprès du procureur de la République pour mise en danger d’autrui ainsi que faux et usage de faux.

Une plainte qui découlait d’un an d’enquête administrative et à l’issue de laquelle le Pays a conclu à des manquements aux règles de sécurité. Il reproche aussi à la fédération une opacité de ses comptes et une falsification de documents. Enfin, des doutes existent sur l’utilisation de subventions qui ont notamment permis l’acquisition de pistes métalliques. 

Le ministère des Sports a préconisé le retrait de l’agrément de la Fédération polynésienne d’escrime. La décision a été rendue ce mardi.

Un arrêté a été publié au Journal officiel. Il précise que, l’agrément ne peut être accordé « qu’aux fédérations satisfaisant aux conditions ci-après : (…) Elles doivent respecter les règles d’encadrement, d’hygiène et de sécurité applicables aux disciplines pratiquées par leurs membres. » 

L’arrêté rappelle également que la direction de la jeunesse et des Sports a demandé par courrier « du 28 mai 2018 à la Fédération polynésienne d’escrime de veiller à appliquer la tenue de base en escrime pour la pratique sécuritaire avec du matériel métallique » et  que  « la Fédération polynésienne d’escrime a affirmé respecter les règles de sécurité de la réglementation en vigueur. »
Et enfin que « la direction de la Jeunesse et des Sports a informé la Fédération polynésienne d’escrime par courrier du 17 décembre 2018 susvisé du constat d’un défaut d’application des règles de sécurité. »

Au micro de Tahiti Nui télévision, le directeur de la Jeunesse et des Sports Anthony Pheu explique qu’il s’agit d’un « retrait administratif pur (…) Nous attendons les conclusions du Parquet, mais au niveau administratif, nous nous sommes déjà prononcés. » 

Les 130 athlètes affiliés à cette fédération ne peuvent donc plus représenter la Polynésie. Un coup dur, en particulier pour les dix qui devaient s’envoler au mois d’avril participer aux Océanias. Pour eux, deux options sont possibles : « Une commission ad hoc qui fasse la sélection ou une nouvelle fédération délégataire de mission de service public, qui propose une sélection. Dans les deux cas, l’idée c’est que l’ensemble des athlètes qui le méritent, participe aux sélectives et puisse partir aux Oceanias. »  Aucune décision ne sera prise avant le 14 mars, date à laquelle le comité olympique doit rendre son avis sur la question.

Mais la Polynésie pourrait aussi tout simplement ne pas participer à la compétition. Il est aussi possible qu’on « ne donne rien ni agrément, ni DSP (…) parce que, dans 6 mois, les fédérations vont devoir se renouveler. La Polynésie va devoir leur proposer un agrément et une délégation de mission de service public à la fin de 2019 et c’est l’année des Jeux. Sur ce calendrier chargé, il est fort possible qu’on propose de ne rien faire.  » 

Très remonté, Bruno Sanchez, le président de la Fédération polynésienne d’escrime se dit « Affligé par la faible puissance des arguments retenus. » Et d’ajouter « Je ne vais pas déposer les armes après six ans à remonter l’escrime, on ne va pas se laisser faire à cause d’une méconnaissance du sport. On va opérer à des droits de recours, notamment au tribunal administratif. On ne va pas se laisser faire, et mettre des années de travail à la poubelle. »
 

Rédaction web avec Tamara Sentis

 

infos coronavirus