mardi 11 mai 2021
A VOIR

|

La famille Vaast, ou la glisse dans les gènes

Publié le

Publié le 04/09/2017 à 8:30 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:54
Lecture < 1 min.

Sous la plume de David Michel, Kauli Vaast, 15 ans champion d’Europe junior, apparait comme le « surdoué de Vairao » au « talent insolent ». Rappelant que le jeune surfeur est plutôt bien entouré, « Jérémy Florès est un grand frère, Raimana Van Bastolaer un tonton de vagues particulièrement bienveillant, et Michel Bourez un guide », le journaliste précise que si Kauli « rêve d’un destin à la John John Florence, il a conscience que la route est longue ».

Mais dans la famille Vaast, il n’y a pas que Kauli qui aime taquiner l’écume. Rappelant que la glisse fait partie du patrimoine génétique des Vaast, père et mère windsurfers, David Michel brosse le portrait des deux autres soul surfer de la famille. A savoir les deux petits derniers. Aelan, « la petite sirène de Vairao » et Naiki « le petit guerrier ».

Aelan 12 ans, la petite sœur de Kauli, n’est pas en reste par rapport à son grand frère. Qualifiée de « déesse », celle-ci serait redoutable en compétition. L’adversité lui faisant déployer tout son talent pour caresser la vague dans le sens du poil. Une compétitrice dans l’âme avec la gagne à fleur de peau.

Quant au petit dernier, Naiki celui-ci, à 10 ans, rêve de surfer sur le sillage de Jérémy Florès, Michel Bourez, Gabriel Medina et John John Florence. En attendant, il « déchire sur les petites vagues de récif s’amuse comme un dingue dans les tubes à Vairao ».
 

Rédaction Web avec L’Equipe

infos coronavirus