jeudi 6 octobre 2022
A VOIR

|

Océania Open Tahiti : les judokas polynésiens se parent d’argent

Publié le

Le premier Océania Open Tahiti de judo, tournoi labellisé par la Fédération internationale, a débuté ce samedi au complexe sportif Boris Léontieff à Arue. Si beaucoup de Polynésiens se sont hissés en finales, aucun n'a malheureusement remporté l'or en cette première journée de compétition

Publié le 03/09/2022 à 17:11 - Mise à jour le 05/09/2022 à 8:47
Lecture 2 minutes

Le premier Océania Open Tahiti de judo, tournoi labellisé par la Fédération internationale, a débuté ce samedi au complexe sportif Boris Léontieff à Arue. Si beaucoup de Polynésiens se sont hissés en finales, aucun n'a malheureusement remporté l'or en cette première journée de compétition

Les tatamis du fenua accueillent pour la première fois une compétition internationale. Franck Bellard, cadre technique de la Fédération polynésienne de judo, indique que 9 nations et 50 combattants se confrontent ce week-end :“Les Polynésiens se sont très bien entraînés” s’est-il félicité. “Beaucoup de jeunes, cadets et juniors, peuvent accéder aux championnats continentaux sous bannière polynésienne.”

Les athlètes et la Fédération ont notamment les yeux rivés sur les Jeux du Pacifique en 2023, puis ceux organisés à Tahiti en 2027.
Le ministre des Sports, Naea Bennett, a expliqué que le Pays “mettait les moyens” pour que les athlètes puissent se préparer au mieux aux compétitions de haut niveau.

Gaston Lafon a causé bien des difficultés à l’Américain Nicholas Delpopolo (Crédit photo : TNTV)

La plus grande compétition de judo jamais organisée en Polynésie s’est achevée samedi après-midi pour les catégories de poids les plus légères, jusqu’à 73 kilos.

Elle s’est terminée par l’un des combats les plus attendus : l’Américain Nicholas Delpopolo, pourtant 7ème aux Jeux Olympiques, a eu bien du mal à se défaire du champion polynésien Gaston Lafon. “Content mais un peu déçu quand même” a déclaré le judoka polynésien, qui a insisté sur le travail de kumi-kata, le positionnement des mains. Il veut “s’entraîner toujours plus dur” dans la perspective des Jeux du Pacifique. “Le niveau était vraiment très relevé” s’est pour sa part félicité le président de la Fédération tahitienne de judo, Stéphane Gustin pour qui la journée de dimanche sera une “journée-test” pour les judokas polynésiens.

Si aucun Polynésien ne décroche de médaille d’or en ce premier jour, beaucoup obtiennent l’argent, comme la toute jeune Ramahere Deflandre, à seulement 15 ans.

Ou encore Laetitia Wuilmet et Kerian Vasapolli, qui ont fait douter des adversaires bien mieux classés au plan mondial. Car ces internationaux viennent chercher des points en vue des Jeux Olympiques.

Dimanche, ne manquez pas les dernières finales de cette compétition, en direct sur notre page Facebook. La Polynésie française aura de vraies chances de médailles d’or, notamment chez les lourds avec Jérémie Picard chez les hommes et Rauhiti Vernaudon chez les femmes, ou encore Cyril Gaudemer en moins de 90 kilos.

——

A seulement 15 ans, Ramahere Deflandre, du club de Vénus, s’est inclinée en finale face à la championne américaine Jenna Schurr. (Photo : Mike Leyral / TNTV)

Résultats des catégories légères 

Finales dames :

-52kg : Jenna Schurr (USA) bat Ramahere Deflandre (Polynésie)

-57kg : Qona Christie (NZ) bat Charisma Taylor (Australie)

-63kg : Karlee Carrouth (USA) bat Teraimatuatini Bopp (Polynésie)

Finales Hommes :

-60kg : Jérôme Eliet (Calédonie) bat Titouan Sola (Polynésie)

-66kgs : Shugen Nasano (Philippines) bat Kerian Vasapolli (Polynésie)

-73kg : Nicholas Delpopolo (USA) bat Gaston Lafon (Polynésie)





infos coronavirus