vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

JO 2024 : la ministre des Outre-mer renouvelle son soutien à la candidature de Teahupoo

Publié le

Le choix du site de Teahupoo pour les épreuves de surf des JO 2024 doit être validé en mars par le comité olympique. La ministre des Outre-mer a visité le spot vendredi et renouvelé son soutien au Pays pour cette candidature.

Publié le 08/02/2020 à 10:38 - Mise à jour le 08/02/2020 à 10:44
Lecture 2 minutes

Le choix du site de Teahupoo pour les épreuves de surf des JO 2024 doit être validé en mars par le comité olympique. La ministre des Outre-mer a visité le spot vendredi et renouvelé son soutien au Pays pour cette candidature.

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a visité vendredi le site de Teahupoo retenu par le conseil d’administration (CA) du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 (COJO), le 12 décembre dernier pour accueillir les épreuves de surf.

La ministre des outre-mer a pu découvrir pour la première fois la zone de compétition envisagée et les vagues de ce site mythique qui fait rêver des millions de surfeurs à travers le monde. 

Les aménagements et infrastructures à réaliser pour l’accueil de la compétition lui ont été présentés avec l’assurance qu’ils seront construits « en lien avec la population, dans le respect de l’environnement et en veillant à laisser un héritage durable aux Polynésiens après la fin de la compétition ».

Lire aussi : Les épreuves de surf des JO 2024 se feront à Tahiti

« Les Jeux 2024 pourraient offrir à la France une opportunité inégalée de faire découvrir à la fois le berceau du surf et un site époustouflant.
Quelle visibilité ce serait pour ce spot mythique ! Aux côtés du stade de France et de la Tour Eiffel, Teahupoo deviendrait, j’en suis convaincue, un symbole pour les outre-mer et pour la France, a déclaré
Annick Girardin. Je renouvelle mon soutien en faveur de cette candidature qui doit encore être validée en mars 2020 par le Comité international olympique. »

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.