vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

Jeux olympiques : les surfeurs de l’équipe de France en stage de cohésion

Publié le

Michel Bourez, Jeremy Flores et Johanne Defay, les trois surfeurs sélectionnés pour représenter la France aux Jeux olympiques de Tokyo, au mois de juillet, sont actuellement en stage de cohésion à Tahiti. Un autre stage de préparation physique aura lieu un mois avant les JO.

Publié le 18/02/2020 à 16:15 - Mise à jour le 18/02/2020 à 16:44
Lecture 3 minutes

Michel Bourez, Jeremy Flores et Johanne Defay, les trois surfeurs sélectionnés pour représenter la France aux Jeux olympiques de Tokyo, au mois de juillet, sont actuellement en stage de cohésion à Tahiti. Un autre stage de préparation physique aura lieu un mois avant les JO.

Cela fait un peu plus d’une semaine que les surfeurs de l’équipe de France sont réunis à Tahiti pour leur préparation aux Jeux olympiques de Tokyo, en juillet prochain. Michel Bourez, Jeremy Flores et Johanne Defay participent à un stage de cohésion organisé par la Fédération française de surf.

Au programme de leur préparation : des entraînements sur les petites vagues de Papara, qui se rapprochent le plus de celles qu’ils retrouveront au Japon ; des sessions à Papenoo aussi, et une à Teahupoo, la semaine dernière, où Johanne Defay a surfé pour la première fois.

Outre les entraînements de groupe et leurs programmes personnels de préparation physique, il y a aussi un suivi individualisé qui se rajoute, « car ce sont des athlètes différents qui n’ont pas besoin de la même chose », explique leur coach local, Hira Teriinatoofa. Il s’agit de voir ce qui fait défaut à leur surf et l’améliorer. « Mais ce sont des détails, poursuit Hira. Et bien souvent ce sont des choses qu’ils savent déjà. Il faut juste le leur rappeler. »

Préparer le circuit pro et les JO

Du côté des surfeurs, « c’est une fierté de pouvoir représenter son pays sur la plus grosse épreuve sportive au monde », déclare Jeremy Flores. Mais « notre priorité est le tour WSL ». Tour qui reprend le 26 mars en Australie pour les trois athlètes.

« Donc chaque chose en son temps, poursuit-il. Je vais déjà me préparer pour les premières épreuves, pour essayer de faire des bons résultats pour monter dans le classement. Ensuite les JO c’est en juillet, et au mois de juillet on va essayer de rentrer dans le bain. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Ils ont la saison qui va commencer sur le circuit professionnel, et les préparer dès maintenant pour le Japon, c’est pas encore possible, indique de son côté Patrick Flores, l’entraîneur principal de l’équipe de France et aussi le père de Jeremy. Donc là on est dans les discussions, à quel moment on va pouvoir leur demander de changer de planches, de sécher, de perdre du poids pour pouvoir surfer les petites vagues du Japon. Ça va se faire un mois avant, à peu près. »

« On aura deux rassemblements, complète-t-il. Celui-là et un deuxième avant les Jeux. Mais on a le staff aussi qui va les suivre toute l’année sur le tour et on sera toujours en contact, à leur disposition surtout. On va envoyer le staff médical aussi. On va envoyer nos préparateurs physiques qui vont être avec eux toute l’année jusqu’au Japon, pour qu’ils soient dans des conditions optimales. »

Vahine Fierro dans l’équipe de France ?

Notre Spartan Michel Bourez voit cette préparation comme « faire d’une pierre deux coups ! ». « On s’entraîne pour le tour et en même temps c’est que bénéfique pour les Jeux olympiques. Mais ce qui est bien, c’est que l’équipe de France soit venue à Tahiti pour qu’on puisse faire des entraînements spécifiques. Il y a l’ancien coach de judo de l’équipe de France qui est maintenant notre coach, du coup pour nous, au niveau physique, ce sont de nouvelles façons de s’entraîner, et j’aime bien. Ensuite on a l’entraîneur de France de surf et notre entraîneur local Hira Teriinatoofa, qui eux nous prennent pour aller surfer. »

Chaque nation a droit à quatre compétiteurs aux Jeux olympiques de surf, deux hommes et deux femmes. Il reste donc une place à pourvoir, pour une femme, au sein de l’équipe de France. Et selon Stéphane Corbinien, le directeur des équipes de France, « Vahine Fierro, qui est l’athlète qui monte dans le surf français, a une chance de se qualifier ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taravao : les produits made in fenua de Hautia...

À la Presqu’île, une exposition entièrement dédiée au fait main a lieu depuis vendredi au centre Vahinerii. 20 créateurs se sont regroupés pour exposer leurs produits… Le groupe d’artisans qui se fait appeler "Fait main à la Presqu’île" existe depuis 15 ans et propose trois expositions par an. Parmi eux, Hautia Prokop est une toute jeune entrepreneuse. Elle s’est lancée dans la transformation de produits locaux du terroir.

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

Le « avaro », le gâteau au coco du dimanche à...

Direction l'archipel des Tuamotu, à Anaa, afin de découvrir les secrets de préparation du gâteau au coco très prisé des habitants, le "avaro". Ce mets local est dégusté tous les dimanches après le culte.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV