J-300, le compte à rebours des JO a commencé

Publié le

Les 33ᵉ Jeux Olympiques s’ouvriront dans 300 jours. Un évènement de portée mondiale qui placera la Polynésie sous les feux des projecteurs grâce à l’épreuve de surf sur la vague mythique de Teahupo’o. Pour fédérer la population, et faire découvrir diverses disciplines, le Pays a lancé, samedi, son Tu’aro Nui. 14 fédérations sportives ont répondu à l’appel.

Publié le 01/10/2023 à 8:12 - Mise à jour le 01/10/2023 à 8:12

Les 33ᵉ Jeux Olympiques s’ouvriront dans 300 jours. Un évènement de portée mondiale qui placera la Polynésie sous les feux des projecteurs grâce à l’épreuve de surf sur la vague mythique de Teahupo’o. Pour fédérer la population, et faire découvrir diverses disciplines, le Pays a lancé, samedi, son Tu’aro Nui. 14 fédérations sportives ont répondu à l’appel.

A 300 jours des Jeux olympiques et Paralympiques de Paris 2024, l’engouement commence à se faire sentir en Polynésie. Officiellement labellisé Terre de Jeux, le Pays souhaite mobiliser l’ensemble de la population et promouvoir la pratique sportive. Samedi, 14 fédérations ont répondu à l’appel en convergeant vers le parc Paofai de Papeete. Leur objectif : faire découvrir diverses disciplines et susciter des vocations, chez les plus jeunes notamment.

« Si on n’essaye pas, on ne sait pas. Tout à l’heure, il y avait des jeunes au tennis qui me disaient : ‘je n’ai jamais tenu une raquette’ », sourit Nahema Temarii, la ministre de la Jeunesse et des Sports. « Il y a du matériel qui est hors de prix pour certaines familles. L’idée, c’est de les initier. Comme cela, si les enfants veulent vraiment y aller, cela vaut le coup d’investir. Et quel meilleur investissement que notre avenir », ajoute-t-elle.  

Pour faciliter l’accès aux clubs, le Pays renouvelle son dispositif Pass’sport. Une aide financière de 15 000 francs destinée aux jeunes de 6 à 18 ans. « C’est l’occasion, à titre gratuit pour les familles, d’inscrire leurs enfants à des activités. Donc, oui, j’ai le sentiment que ça plait. Et tant que ça a du sens, ça me plait aussi », indique Nahema Temarii.

– PUBLICITE –

« Une mise en lumière »

Samedi, les 5 hectares du parc Paofai étaient donc dédiés à la promotion des sports olympique mais aussi paralympiques, tel que le cécifoot. Une discipline destinée aux athlètes déficients visuels qui demande une grande concentration, comme en témoigne Odine : « Ce n’est pas évident. Il faut d’abord mémoriser le son du ballon et la voix de l’adversaire ».

Le breakdance, qui fera partie des nouvelles disciplines aux Jeux, a également ses adeptes sur le fenua. Des artistes fiers de voir leur pratique reconnue par le monde sportif.

« On est ravis, car c’est quelque chose qu’on fait un peu en cachette, dans notre coin, dans des salles à l’abri des regards. Là, ça nous permet d’avoir une mise en lumière de notre art pour lequel on est passionné », se félicite Warren, membre de l’association « Yes we dance ».

Le Pays accueillera fin juillet 2024 l’épreuve de surf sur la mythique vague de Teahupo’o. Et c’est toute la Polynésie qui est invitée à participer à cette grande fête du sport.

Dernières news