Grande première réussie pour le MMA à To’ata

Publié le

Des combats expéditifs, d’autres plus disputés ; une ambiance digne de Las Vegas, avec fumigènes et gros volume sonore ; huit combats amateurs et quatre professionnels, dont un féminin… et même une demande en mariage dans la cage : tout était réuni pour faire chavirer To’ata.

Publié le 06/05/2023 à 4:11 - Mise à jour le 08/05/2023 à 9:39

Des combats expéditifs, d’autres plus disputés ; une ambiance digne de Las Vegas, avec fumigènes et gros volume sonore ; huit combats amateurs et quatre professionnels, dont un féminin… et même une demande en mariage dans la cage : tout était réuni pour faire chavirer To’ata.


Les gradins sont encore peu remplis à l’heure du premier combat, ce vendredi soir. Et ceux qui ont attendu les combats professionnels pour se déplacer pourront nourrir des regrets : avec le champion de Polynésie Maël Suberbie-Cousy, on a à peine le temps de s’asseoir. Excellent judoka, il réussit un takedown rapide sur son adversaire, le boxeur de Huahine Manutea « Pauro » Tainoa, et l’emporte sur soumission au sol. « Gueule d’ange » Maël a encore frappé et confirme son statut de meilleur combattant local chez les plus légers.

Michael Emery l’emporte contre Matahi Auraa – Photo Tahitizoom

Mais Michaël Emery, agressif, affûté et polyvalent, vient aussitôt venger les Raromatai en l’emportant face à Matahi Auraa dans un autre combat entre légers. Ce sont ensuite deux gros frappeurs, bien plus lourds, qui se présentent dans la cage. Tous deux entrent tête baissée dans le combat et Manaia Dauphin semble prendre l’avantage sur Kevin Tehiva… mais celui-ci parvient à le contrer et à le mettre KO. Un exploit pour le combattant de Muay Thaï qui a commencé le MMA… deux semaines plus tôt ! Plusieurs combattant de Muay Thaï relèveront le même challenge cette soirée-là, mais pas avec la même réussite.

Le regard de Kevin Tehiva à l’entrée dans la cage – Photo Tahitizoom

C’est ensuite au tour des amateurs les plus lourds de fouler la cage de To’ata. Tuki Reid s’est bien affûté depuis ses derniers combats. Ce spécialiste de JJB part favori face à un adversaire bien plus grand, Jonathan « Kurva » Vahapata, un boxeur et rugbyman qui a fait les beaux jours du club de Pirae. Kurva veut ouvrir une salle de MMA en métropole, il n’est donc pas venu faire de la figuration, même s’il ne pratique que depuis un an. Mais l’expérience de Tukiboys l’emporte sur l’enthousiasme du futur coach.

– PUBLICITE –

‘Tukiboys’ l’emporte face à Jonathan Vahapata – Photo Tahitizoom

Le duel de striker entre Nohotua Florès et Vaitehau Otcenasek tourne à l’avantage du deuxième, qui célèbre sa victoire à la manière des champions de l’UFC, en montant à cheval sur la cage. À 18 ans, c’est déjà un showman.

Plus petit mais plus âgé et plus expérimenté, Rayden Moarii bat Raiva « Goliath » Baker. Même sans fronde, David peut gagner.

Rayden Moarii – Photo Tahitizoom

Le KO de la soirée est signé Natua Toofa. Ce pratiquant de BJJ avait prévu de travailler au sol. Qu’importe, un coup bien placé a raison de Matahi Lai, qui chute lourdement. L’arbitre arrête aussitôt le combat.

Nouvelle opposition de styles pour le dernier combat amateur de la soirée : José Teiva, un pratiquant de BJJ, affronte l’aîné des frères Lehartel, connus pour leurs exploits en Tae Kwon Do. Ariimana Lehartel s’appuie sur ses low kick pour remporter son combat. À 19 ans, il en est déjà à trois victoires et peut toujours espérer accomplir son rêve :  combattre un jour à l’UFC. Pour lui, le Tae Kwon Do, c’est terminé : il n’a plus que le MMA en tête. Et il a gagné pour deux : son frère Ariihei devait aussi monter dans la cage, mais son adversaire s’est désisté.

Ariimana Lehartel et ses low kicks viennent à bout de José Teiva – Photo Tahitizoom

Huit combats amateurs (sur dix prévus) et quatre combats professionnels (sur cinq prévus) se disputent ce soir-là à To’ata. Comme le dit dans un demi-sourire l’organisateur Raihere Dudes, « à deux mois de l’événement, tout le monde veut combattre, à un mois, il y a encore beaucoup de combattants, et puis trois jours avant, c’est là qu’ils se désistent ». Un vrai casse-tête pour les organisateurs, quand on ajoute les combattants qui ne sont pas au poids.

La grande déception de la soirée, c’est l’abandon de l’adversaire de Henri Burns. Le champion de Moorea se faisait une joie de combattre devant son public. Ce sera pour une autre fois, mais il vient tout de même dans la cage, présenter sa ceinture acquise à Dunedin, puis rendre un hommage appuyé aux combattants disparus. « N’oubliez pas de dire aux gens que vous les aimez avant qu’ils partent ». Le MMA peut aussi être une leçon de vie… le tout devant Moetai Brotherson, qui a pratiqué des sports de combat et suit les arts martiaux mixtes depuis leurs débuts.

Les supporters de la championne tahitienne Tehanahana Bernardino – Photo Mike Leyral

La soirée pro débute avec un combat féminin. Et quel combat ! La meilleure amatrice tahitienne, Tehanahana Bernardino pour ses débuts professionnels… face à Gase Sanita, la double championne du monde IMMAF, le plus haut niveau amateur ! Malgré son expérience, notre championne de 31 ans sait qu’elle ne part pas favorite face à une Samoane qui a tout gagné et qui, en plus de ses six ans dévolus au MMA, est ceinture marron de BJJ. Si elle fait jeu égal au striking, Tehanahana ne peut rivaliser au sol. Trapue et technique, Gase Sanita contrôle le buste de son adversaire et enchaîne en ground & pound. La barre était placée trop haut pour le premier combat pro de la championne tahitienne, mais elle le prend avec philosophie : « Maintenant je sais ce qu’est le niveau des pro, je vais m’entraîner encore plus dur pour y arriver », confie-t-elle à TNTV après son combat.

Tehanahana Bernardino a défié un monument du MMA, Gase Sanita – Photo Tahitizoom

Pour son premier combat chez les pro, Julian Schlouch a vu, lui aussi, son adversaire se désister. Courageux, le combattant de Muay Thai Teanihau Poroiae s’est proposé au pied levé. Plus petit, il est aussi plus lourd que le longiligne Julian, surnommé « Bourreau des cœurs » pour sa propension à déchaîner les supportrices. Teanihau tente de conserver son adversaire à distance, mais Julian réussit son take down. En dépit d’une bonne défense, Teanihau ne peut rien au sol face à un adversaire si expérimenté. Julian Schlouch l’emporte par TKO au deuxième round et manifeste sobrement sa joie. Il est tout de même le premier Polynésien de l’Histoire à remporter un combat professionnel à To’ata.

Autre combat pro très attendu, celui qui oppose le champion de Californie Chace « Bady Brok » Eskam à notre champion au mental d’acier Teiki Nauta. Le Tahitien domine les débats debout, mais le Californien est aussi un champion de lutte. Il finit le premier round en pesant de tout son poids sur son adversaire. Avantage à l’Américain sur ce round. Le deuxième commence sur un faux rythme : les deux adversaires paraissent émoussés, et sont même avertis par l’arbitre professionnel Ahmed Korchi, seul arbitre français à officier en UFC. Teiki Nauta finit bien le round en enchaînant les low kick sur le mollet gauche de son adversaire, qui semble à bout de force. Il poursuit cette stratégie dans le troisième et l’Américain semble sur le point de tomber, la jambe avant affaiblie. Mais Bady Brok, après deux tentatives ratées, parvient à saisir une nouvelle fois Teiki en double leg pour le projeter au sol. La toute fin du combat est donc plutôt à son avantage. Un casse-tête certain pour les juges, qui ne désignent pas de vainqueur : ce sera le seul match nul de la soirée.

Le « No Contest » de Teiki Nauta et Chace Eskam, unique match nul de la soirée – Photo Mike Leyral

Teiki Nauta ne quitte pas pour autant la cage : après la traditionnelle interview, il se saisit du micro TNTV et appelle sa femme et sa fille à le rejoindre. Devant To’ata médusée, il met un genou à terre et demande sa femme en mariage ! Émue mais convaincue, elle saisit le micro et lance un beau « oui ! » salué par un tonnerre d’applaudissements. Ce n’est pas facile de faire mettre un genou à terre à Teiki Nauta dans la cage, mais elle y est parvenue…

La demande en mariage de Teiki Nauta a mis To’ata en émoi – Photo Mike Leyral

C’est enfin l’heure du main event. La pression pèse sans doute sur les épaules de Raihere Dudes, à la fois organisateur et combattant principal de la soirée. Face à lui, Julio Aguilera, qui a combattu dans la prestigieuse ligue Bellator. Un combattant complet qui pratique aussi la boxe, le muay thaï et qui est ceinture noire de JJB. Mais il n’inquiètera jamais vraiment Raihere Dudes, qui enchaîne les frappes aux jambes face à un adversaire contraint à changer de garde en fin de combat, pour préserver sa jambe avant. Un combat moins spectaculaire que les précédents, mais il faut rappeler que l’adversaire prévu face à Raihere s’était lui aussi désisté, et que la préparation n’a donc sans doute pas été idéale pour celui-ci.

Les combats amateurs seront diffusés vendredi 12 mai à partir de 22h30. Les combats professionnels seront diffusés le lendemain samedi, à la même heure. Mais déjà, To’ata en redemande…

Dernières news

Activer le son Couper le son