dimanche 14 août 2022
A VOIR

|

Erika Sauzeau, médaillée aux Jeux paralympiques en aviron, en Polynésie

Publié le

Avec l’équipe de France, Erika Sauzeau a décroché une médaille de bronze aux derniers Jeux paralympiques de Tokyo. La championne est actuellement en séjour au fenua pour se ressourcer avant les prochaines échéances. Et même en vacances, Erika ne lâche pas pour autant les entrainements...

Publié le 01/01/2022 à 12:30 - Mise à jour le 01/01/2022 à 11:17
Lecture 2 minutes

Avec l’équipe de France, Erika Sauzeau a décroché une médaille de bronze aux derniers Jeux paralympiques de Tokyo. La championne est actuellement en séjour au fenua pour se ressourcer avant les prochaines échéances. Et même en vacances, Erika ne lâche pas pour autant les entrainements...


Cinq mois après avoir participé aux Jeux paralympiques de Tokyo, Erika Sauzeau fait une pause, du moins, en quelque sorte, car pas question de suspendre sa préparation physique. Pendant les vacances, c’est 10 heures d’entrainement par semaine. Son programme du jour : 3 tours de 15 ateliers avec entre 50 à 70 répétitions par mouvement : “c’est de l’endurance de force, c’est d’avoir les capacités de faire des longues distances à l’entrainement, pour qu’en compétition, les 2 000 mètres soient le plus linéaires possible avec une fin où on envoie le maximum de watts”.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Et quand Erika s’entraine sérieusement, elle enchaine entre 20 et 25 heures d’entrainement par semaine. Un investissement qui lui a valu une médaille de bronze aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2021 avec l’équipage français du quatre barré mixte. Aujourd’hui, elle se permet de souffler un peu en Polynésie : “J’ai le plaisir de ramer deux fois par semaine avec le cap Marara. C’est vraiment formidable pour moi car je peux continuer à m’entraîner. Alors forcément, c’est différent puisque là c’est de l’aviron de mer, et moi je suis plutôt sur des plans fermés. Donc les bateaux sont différents, ils sont plus beaucoup lourds, plus stables, pour pouvoir passer les vagues. C’est un peu différent sur le plan matériel, mais la technique reste la même”.

Lire aussi > Judo : la jeunesse du fenua en formation avec la championne olympique Clarisse Agbegnenou

Même si Erika est déjà concentrée sur les Jeux paralympiques de 2024, elle a d’autres échéances en ligne de mire comme des compétitions d’aviron en salle : “On est sur de l’indoor pendant l’hiver, avec les championnats de France les 4 et 5 février 2022 en connectés, et les championnats du monde les 24 et 25 février, en connectés également, puisque le présentiel a été annulé en Allemagne”.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Erika était déjà venue au fenua en 2010, elle en avait profité pour se faire tatouer des motifs polynésiens. La championne tricolore repartira le 5 janvier prochain en métropole et avant de s’envoler, elle compte bien passer de nouveau sous les aiguilles locales.

infos coronavirus