mercredi 17 août 2022
A VOIR

|

En images : les jeunes sur le spot de Tapueraha à Vairao avant la forte houle

Publié le

Trois ans après, le Tahiti iti surf club organise sa deuxième édition du Tairapu Ouest Horue Festival. L’événement se déroule sur une waiting période d’une dizaine de jours. Une compétition qui met à l'honneur surf, longboard, bodyboard, stand up padle, knee board, ou encore drop knee. Ce mardi, ce sont les surfeurs et surfeuses de moins de 14 ans et moins de 18 qui concouraient.

Publié le 12/07/2022 à 16:19 - Mise à jour le 12/07/2022 à 16:34
Lecture 2 minutes

Trois ans après, le Tahiti iti surf club organise sa deuxième édition du Tairapu Ouest Horue Festival. L’événement se déroule sur une waiting période d’une dizaine de jours. Une compétition qui met à l'honneur surf, longboard, bodyboard, stand up padle, knee board, ou encore drop knee. Ce mardi, ce sont les surfeurs et surfeuses de moins de 14 ans et moins de 18 qui concouraient.

Après le surf, le bodyboard et le drop knee pour les adultes, ils étaient une cinquantaine de jeunes à répondre présent lors de cette troisième journée du fastival. Dès 7h30 mardi, quelques heures avant le placement de Tahiti en vigilance rouge rendant dangereuse toute activité nautique dans les passes, les surfeurs et surfeuses ont pu participer aux phases de qualification dans les catégories minimes et junior.

Président du Tahiti iti Surf Club, Max Wasna se réjouit de voir les jeunes évoluer dans un environnement différent : “On a eu des conditions extrêmes samedi, et surtout dimanche, mais on a vraiment une super équipe de sécurité pour maintenir l’événement […] On veut tous avoir des champions et représenter le pays à l’international. Il faut que les jeunes s’habituent à des vagues de plage, mais aussi aux vagues de récif”.

Si la météo était capricieuse, avec de la pluie et du vent créant du clapot difficile à gérer en début de session, les surfeurs ont pu scorer quelques belles vagues. Ce spot de Tapuehara, dans la passe Teavarahi, est réputé pour son accessibilité et sa longue gauche.

Avant que les conditions ne deviennent impossibles, les séries ont pu s’enchaîner sans encombre : “Je trouvais les conditions de vague hyper fun, on s’est bien amusés”, confie la gagnante des séries minimes. Habitué de Teahupoo, Gilbert Teave confirme : “Même si ce n’était pas très gros, c’était fun”.

La compétition s’est arrêtée dans l’après-midi par mesure de précaution. Si les conditions de houle le permettent, elle pourrait reprendre dès samedi.

infos coronavirus