dimanche 7 mars 2021
A VOIR

|

Eduardo García veut mener le Venezuela au Top 10

Publié le

Publié le 06/06/2018 à 10:58 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:53
Lecture 2 minutes

Est-ce votre premier Championnat du Monde de Va’a ?

Non, j’ai participé aux Championnats de 2016 en Australie. J’ai quatre ans d’expérience dans ce sport et je ne cesse de m’améliorer. Lors de ces championnats, je me souviens des moments spéciaux de l’inauguration jusqu’au défilé de mon pays. C’est à ce moment précis que débute la compétition.

Comment avez été amener à y participer ?

Je suis allé pour la première fois à un championnat du monde de va’a en Amérique du Sud, au Brésil. Cette expérience m’a tellement plus que j’y participe chaque année depuis.

Depuis quand pratiquez-vous le va’a et pourquoi avoir choisi ce sport ?

Je pratique le va’a depuis quatre ans. Pour moi, la mer m’a toujours accompagné dans ma vie, c’est pour cela que j’ai choisi ce sport. C’est aussi une opportunité de vivre des expériences incroyables.
 
Est-ce que se sera votre premier séjour en Polynésie française ? 

Effectivement, ce sera mon premier voyage en Polynésie française. J’ai hâte d’être au paradis de l’eau et dans le berceau du va’a.

Comment et depuis quand vous préparez-vous pour cet événement ?

Je m’entraîne chaque semaine, tant physiquement en étant sur l’eau que psychologiquement. Les trois mois avant les Championnats, ce sera ma phase ultime de préparation afin d’être prêt.

Selon vous, quels sont les facteurs essentiels pour progresser en va’a ?

Pour progresser dans le va’a, il faut connaître l’eau, l’environnement qui nous entoure, s’entraîner régulièrement, c’est la clé de réussite pour améliorer sa technique et sa résistance à la fatigue.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ces championnats et quelles en sont vos attentes ? Vos objectifs ?

Les championnats de juillet sont un défi pour moi que je réussirais à relever avec l’aide de beaucoup de personnes proches. J’espère faire mieux qu’en Australie et faire partie du top 10 dans ma catégorie.

infos coronavirus