lundi 6 décembre 2021
A VOIR

|

Drag Run Day : le bitume a chauffé à Vaitarua

Publié le

La deuxième journée du run drag, des courses automobiles sur ligne droite, s'est tenue hier à Taravao. Les férus de vitesse se sont affrontés sur une distance de 125m. Le mauvais temps n’a pas empêché les pilotes de faire chauffer la gomme, poussés par un public venu nombreux.

Publié le 05/07/2021 à 11:43 - Mise à jour le 05/07/2021 à 11:44
Lecture 2 minutes

La deuxième journée du run drag, des courses automobiles sur ligne droite, s'est tenue hier à Taravao. Les férus de vitesse se sont affrontés sur une distance de 125m. Le mauvais temps n’a pas empêché les pilotes de faire chauffer la gomme, poussés par un public venu nombreux.

Passés au vert, les monstres mécaniques font rugir leurs moteurs. 25 bolides ont pris les départs répartis sur 3 catégories : les 2 roues motrices, les véhicules hybrides, SUV et 4X4 essence et les véhicules diesel qui remportent un franc succès. Chaque voiture vaut son pesant d’or, beaucoup de temps et d’argent sont investis pour être le plus rapide.

“On peut estimer que la distance de 125 mètres, pour les meilleurs, on frôle les 140 km/heure. Et on peut se lancer des fleurs en ayant des chronos proches des 6 secondes sur 0 à 100”, se félicite Teiki Babbucci, le président de l’ASAT, l’association des sports automobiles à Tahiti.

Les duels se sont enchainés dans un cadre légal et sécuritaire pour promouvoir la discipline et sensibiliser les passionnés de sensations fortes aux dangers de la route. Un spectacle qui a ameuté un bon nombre de spectateurs.   

“C’est la fin du confinement, tout le monde a envie de sortir. Et puis aujourd’hui, c’est Independance Day, journée américaine. Tout le monde est de sortie : les V8, les voitures. A Tahiti, il y a pleins de passionnés de vitesse, que ce soit les courses de motos, de voitures”, indique un spectateur.

Sur la piste mouillée de Vaitarua, des réglages techniques sont essentiels pour éviter les dérapages.

“A mon avis aujourd’hui, les avantagés, ce sont les hybrides et tout ce qui est 4 roues motrices. Ce qui est assez normal parce que les 4 roues motrices, on sait très bien qu’au départ, que ce soit mouillé ou sec, ça part très vite. A mon avis, pour tous ceux qui sont en traction, en propulsion, déjà sur le choix des pneus, il faut de la gomme assez tendre”, explique Tamatoa Laibe, un pilote de course.

C’est Christophe Chuong qui ravit la première place dans la catégorie diesel. Yanis Kornobis s’impose dans les deux dernières divisions : les 2 roues motrices et les 4X4 essence. Les pilotes de course se retrouveront le 18 juillet à Fare Ute pour l’épreuve de slalom.

   

infos coronavirus