dimanche 5 décembre 2021
A VOIR

|

Des vététistes à l’assaut du Mont Marau

Publié le

Dimanche matin, ils étaient plus d’une vingtaine de vététistes à s’élancer depuis le cimetière de Saint-Hilaire jusqu’au sommet du Mont Marau, soit un parcours de 11,5 kilomètres pour 1 100 mètres de dénivelé. Des chiffres qui pourraient en décourager plus d’un, mais c’était loin d’être le cas pour ces amoureux de la grimpette.

Publié le 22/11/2021 à 9:11 - Mise à jour le 22/11/2021 à 12:02
Lecture < 1 min.

Dimanche matin, ils étaient plus d’une vingtaine de vététistes à s’élancer depuis le cimetière de Saint-Hilaire jusqu’au sommet du Mont Marau, soit un parcours de 11,5 kilomètres pour 1 100 mètres de dénivelé. Des chiffres qui pourraient en décourager plus d’un, mais c’était loin d’être le cas pour ces amoureux de la grimpette.

Ils ont bravé les montées, les cailloux, la poussière et ils ont adoré ça : rouler en pleine nature loin du bitume, telles sont les sensations que recherchent les équilibristes sur deux roues. Mais avant, il faut vérifier que les protections soient bien fixées car le VTT est une discipline où les chutes ne pardonnent pas. 

Deux catégories étaient proposées : les VTT et les VAE. Les deux départs étaient espacés d’une demi-heure. Hervé Arcade, le directeur technique de la fédération de cyclisme, s’impose dans la catégorie VTT : il termine les 11 kilomètres en 1 heure et 22 minutes. “Oui je suis satisfait, mais je crois que je n’ai pas fait le meilleur temps”, confie Hervé. “Je crois que l’année dernière, Cédric Wane a fait 1 heure et 4 minutes ou 1 heure et 8 minutes. Moi, j’ai fait 1 heure et 20 minutes, donc il y a quand même une marge de différence, mais c’est tout de même bien de gagner quelque soit le temps”.

Chez les VAE, Alvin Faussane l’emporte en 36 minutes et 9 secondes devant Bryan Beaufils et Olomana Vongues. “Ça a été très compliqué quand même, j’ai eu beaucoup de soucis”, témoigne le jeune vététiste. “J’ai calé à une montée et je pensais que j’allais pas les rattraper. Il y avait Bryan devant, Terii, et franchement, j’ai quand même réussi“.

Pour le reste du peloton, les coureurs ont dû garder un bon coup de pédale jusque dans les derniers mètres pour savourer enfin avec l’altitude, le paysage et la ligne d’arrivée. 

infos coronavirus