dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

Déconfinement : sous quelles conditions se fera la reprise des sports ?

Publié le

La sortie du confinement n’est pas encore annoncée officiellement mais le ministère des Sports prépare son plan de bataille pour relancer les activités sportives de manière progressive. Pour l’instant, seuls les sports individuels sans contacts seront autorisés dans les clubs.

Publié le 26/04/2020 à 15:22 - Mise à jour le 26/04/2020 à 15:27
Lecture 2 minutes

La sortie du confinement n’est pas encore annoncée officiellement mais le ministère des Sports prépare son plan de bataille pour relancer les activités sportives de manière progressive. Pour l’instant, seuls les sports individuels sans contacts seront autorisés dans les clubs.

La reprise sportive devrait se faire en trois étapes et de manière restrictive. Tout d’abord, seuls les sports individuels et sans contacts seront tolérés dans le respect des mesures sanitaires et des distanciations sociales. Christelle Lehartel, ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports détaille : « Golf, badminton, Va’a Ho’e, paddle, tennis aussi en évitant de se toucher. Il faut qu’on soit très vigilants. On va arrêter le football, on va arrêter le basket-ball, enfin tous les sports collectifs. La chose la plus importante pour nous c’est d’abord la santé de la population de la Polynésie française. Pour nous, il est important qu’on travaille en partenariat avec la veille sanitaire et qu’on suive exactement les gestes barrière et toutes les consignes sanitaires. »

Ensuite, les infrastructures sportives du fenua seront ouvertes d’une façon plus large mais uniquement aux établissements scolaires et aux associations de jeunesses et sports. À l’exception des salles de combats et des dojos, qui eux resteront fermés. « Les sports de combat, comme on est assez rapprochés, quand tu pratique le judo, tu es tête à tête. Pareil pour la boxe donc ça reste dangereux. Il vaut mieux s’entraîner à la maison. Je sais que la plupart des boxeurs ont au moins une corde à sauter chez eux, ils peuvent enchaîner sur les entraînements de combinaisons. On veut rassurer les sportifs qui attendent de se côtoyer, de pouvoir être ensemble. On ne pourra pas tout de suite. Il faudra réadapter la pratique de la discipline sportive en raison de la crise sanitaire que l’on traverse qui n’est pas seulement ici à l’échelle de la Polynésie, mais mondiale », explique Ariitea Bernadino, directeur de l’Institut de la Jeunesse et des Sports de la Polynésie française

La date du retour des activités classiques reste encore inconnue. Et pour l’instant, aucun plan n’a été validé par la veille sanitaire et les autorités. Pour que le monde sportif puisse se remettre de cette crise sanitaire, une réadaptation des pratiques sportives et une réorganisation des calendriers seront inévitables.

REPORTAGEOriano Tefau

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV