dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

De nouvelles zones de natation en eau libre à Moorea et à Teva I Uta

Publié le

L’île de Moorea et la commune de Teva I Uta vint bénéficier à leur tour de zones dédiées qui concilient la sécurité des activités d’enseignement de la natation scolaire en eau libre et l’utilisation du domaine public maritime.

Publié le 07/02/2020 à 17:33 - Mise à jour le 10/02/2020 à 9:33
Lecture 2 minutes

L’île de Moorea et la commune de Teva I Uta vint bénéficier à leur tour de zones dédiées qui concilient la sécurité des activités d’enseignement de la natation scolaire en eau libre et l’utilisation du domaine public maritime.

L’acquisition du « savoir-nager » est essentielle pour permettre aux élèves de participer aux activités aquatiques ou nautiques qui pourraient être organisées dans le cadre des enseignements obligatoires ou des activités optionnelles d’éducation physique et sportive. Pour pallier l’insuffisance, voire l’absence, d’infrastructures adéquates (établissements de bain, piscines), le gouvernement a créé des zones de natation adaptées pour permettre aux élèves d’acquérir malgré tout cette compétence élémentaire dans un cadre adapté. Un cadre juridique a été mis en place en 2018 qui permet la pratique de la natation en « eau libre ».

Après les zones dédiées pour l’enseignement de la natation en eau libre sur l’atoll de Makemo en août 2018, sur l’île de Bora Bora en février 2019 et dans la commune de Punaauia en juin 2019, l’île de Moorea et la commune de Teva I Uta bénéficient à leur tour de zones dédiées qui concilient la sécurité des activités d’enseignement de la natation scolaire en eau libre et l’utilisation du domaine public maritime. Le dispositif réglementaire est identique à ceux de Makemo, Bora Bora et Punaauia et concerne notamment la délimitation et la signalisation des zones, la sécurité des zones, l’encadrement des activités, la qualité des eaux de baignade, et l’organisation des secours.

La circulation et le mouillage des navires, engins de plage et véhicules nautiques à moteur dans chacune des zones dédiées sont strictement interdits, sauf pour les embarcations de service public ou engagées dans des opérations de secours. Le périmètre de chacune des zones dédiées aux activités d’enseignement de la natation en eau libre est matérialisé par des signalisations adaptées durant le temps de pratique. Sauf indication particulière, le signalement de surface doit être retiré à l’issue des séances d’enseignement. En dehors des horaires de pratique, la baignade de tout usager est non surveillée, non aménagée, et se fait à « ses risques et périls ».

À Moorea, les quatre zones concernées sont la plage de Patoe, la plage de Ta’ahiamanu, la plage de Tiahura et la plage de To’atea. A Teva I Uta, les deux zones dédiées concernées sont situées au Motu Ovini et à la plage Oututaihia. Les cartes des six zones sont consultables sur site, dans les mairies et les établissements scolaires de Moorea et Teva I Uta, respectivement pour les zones qui les concernent, ainsi que sur le site internet de la DPAM dans l’onglet « Activités/réglementation des zones de navigation, des zones de mouillage et des zones de natation« .

Les autres sujets dans le compte-rendu du Conseil des ministres :
– Liste des marchés publics passés par la Polynésie française en 2019
– 19ème Salon de la bijouterie d’art du 10 au 14 février     

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Déconfinement et retour à l’école : l’incompréhension de la fédération...

Le déconfinement en Polynésie annoncé au 21 mai, et la reprise des cours le 4 juin après tant de précautions prises pour préserver la santé des écoliers n’a pas manqué de faire réagir la fédération des parents d’élèves.

Décès de Jacquie Graffe : réactions et hommages des...

Plusieurs personnalités politiques du fenua se sont exprimées suite à l'annonce du décès du représentant à l’Assemblée et maire de Paea, Jacquie Graffe.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV