A VOIR

|

CrossFit : 3 jours de compétition avec les Polynesian Battle Games

Publié le

Les Polynesian Battle Games sont de retour du 7 au 9 avril au stade Willy Bambridge, à Papeete. Une compétition intense qui se calque sur les formats internationaux.

Publié le 25/01/2023 à 16:39 - Mise à jour le 26/01/2023 à 10:04
Lecture 2 minutes

Les Polynesian Battle Games sont de retour du 7 au 9 avril au stade Willy Bambridge, à Papeete. Une compétition intense qui se calque sur les formats internationaux.


Haltérophilie, gymnastique, endurance : les Polynesian Battle Games sont la plus grosse compétition de CrossFit au fenua. Les athlètes enchainent des mouvements physiques à un rythme intense sur trois jours successifs : vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 avril. Les épreuves imposées sont dévoilées au dernier moment. “On espère avoir plus de participants pour cette deuxième édition. Là, on reste sur le même site, alors que l’année dernière on changeait chaque jour d’endroit. On a une nouveauté au niveau des catégories : l’année dernière, on était sur une équipe de 2, on garde ce format-là, mais on rajoute aussi la catégorie des individuels hommes, femmes et masters, ce qui donne 3 catégories supplémentaires, afin d’élargir encore plus les possibilités pour les athlètes” explique Arnaud Kressmann, membre organisateur.

Cette discipline est en pleine expension au fenua et le concept des Polynesian Battle Games séduit les adeptes : le niveau d’intensité se rapproche de celui de l’international et permet donc à nos athlètes de s’évaluer. “C’est une expérience vraiment bien, parce que ça t’aide sur 3 jours à te rendre compte de la difficulté de la compétition, avec plusieurs entrainements par jour. Cela permet de se rendre compte de la fatigue musculaire que tu vas accumuler sur les 3 jours et si tu vas être bien le 3ème jour” indique Hinatea Montebello, athlète.

 Autre atout des Polynesian Battle Games : les vainqueurs gagnent un billet d’avion. Toriki Demont, le gagnant de l’an dernier, a utilisé son gain pour participer à la Woodapalooza à Miami il y a deux semaines. Un des événements les plus prestigieux qui réunit près de 2 500 athlètes chaque année. “Cela m’a beaucoup aidé financièrement parce que c’est difficile. Là-bas, on doit bien manger, on doit faire attention à notre nourriture, à notre hygiène de vie etc. et les logements aussi sont très coûteux” confie-t-il.

La première édition avait mobilisé plus de 120 participants. Les organisateurs espèrent cette fois atteindre la barre des 150. Les athlètes peuvent s’inscrire jusqu’au 13 mars.

> Plus d’informations sur la page Facebook de l’événement