mardi 7 avril 2020
A VOIR

|

À la pêche au Oiri, le baliste

Publié le

Le Paumotu vit au rythme des saisons. Des saisons qui sont marquées pour lui par la période de fraie, lorsque les poissons se concentrent aux alentours des passes. Lors de la saison des balistes au mois de septembre, les habitants peuvent rester des heures sur le quai ou dans leur embarcation.

Publié le 21/01/2020 à 11:26 - Mise à jour le 21/01/2020 à 11:26
Lecture < 1 min.

Le Paumotu vit au rythme des saisons. Des saisons qui sont marquées pour lui par la période de fraie, lorsque les poissons se concentrent aux alentours des passes. Lors de la saison des balistes au mois de septembre, les habitants peuvent rester des heures sur le quai ou dans leur embarcation.

À Rangiroa, comme partout aux Tuamotu, lors de la saison des balistes aussi appelé le Oiri, les habitants se succèdent au bord du quai. Certains peuvent rester toute la journée au soleil pour tenter d’attraper ce poisson très apprécié.

« C’est pour le manger grillé le soir, quand on rentre. Sinon on le met au congélateur, pour expédier plus tard à Tahiti pour la famille. C’est une fois dans l’année » nous dit Cyril Paie, habitant des Tuamotu.

Durant la saison, le Oiri se concentre autour des passes pendant trois à quatre semaines seulement. Et même les touristes de passage se prennent au jeu. « Je suis en vacances et j’en profite pour pêcher un peu. (…) C’est la deuxième fois que je viens, et on s’amuse bien ! Il y a de l’ambiance. On ne s’ennuie pas ici » confie l’un deux.

Le Paumotu est si friand de la chair du baliste que dans certaines îles, hors saison, il n’est pas rare de voir des pêcheurs zigzaguer entre les pâtés de coraux à l’affût de ces poissons. Et pourtant, la moindre fausse manœuvre pourrait endommager leur moteur d’une valeur de 300 000 Fcfp environ.

La chair du baliste est excellente. Elle est proposée aux convives dans chaque fête paumotu, et ne fait généralement pas long feu sur la table…

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Continuité pédagogique : l’école à la maison avec ou...

L’école à la maison est un défi pour les enseignants, mais aussi pour les élèves et leurs parents qui doivent s’adapter à l’enseignement à distance. Si la continuité pédagogique s’impose, la bascule numérique offre un tableau contrasté car tous les élèves ne sont pas connectés ou équipés.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV