lundi 10 août 2020
A VOIR

|

À Faaite, les Anciens fabriquent des javelots à partir de palme de cocotier

Publié le

Publié le 16/02/2019 à 12:28 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:50
Lecture 2 minutes

Par manque d’arbres à branches droites, comme le purau, le bambou ou encore le tamanu, les anciens de Faaite n’avaient guère de choix que de faire preuve d’imagination et de s’adapter pour confectionner leur « patia fa », le javelot traditionnel. Ils ont finalement choisi le faniu. « C’est ce que nos Anciens utilisaient dans les années 60. Et c’est ce qu’on utilise toujours aujourd’hui » explique Papa Marama.
 
Quelques coups de rabot, une plaque de métal en guise de frein, un fer à béton et le tour est joué : une fois passée entre les mains de Papa Marama, la vulgaire tige de palmier ressemble à un « patia fa ». Un javelot qui aurait pu être l’une des premières armes Pa’umotu aux temps anciens.

« C’est une technique très ingénieuse, plutôt que d’attacher avec du fil de fer ou de la chambre à air. Et puis c’est rapide. Si dans la journée tu as une compétition, tu as vite fait de préparer tes lances. Alors qu’avec le purau, il faut sécher le bois 2 à 3 jours avant de l’utiliser. Le faniu, non, c’est vite fait » poursuit Papa Marama.

D’après ce champion, lors des compétitions, ceux qui venaient avec ces javelots en faniu étaient craints car ils ne se cassaient pour ainsi dire jamais, par contre, ils cassaient souvent les javelots des autres. « C’est vrai que les autres îles ne nous apprécient pas vraiment parce que leurs lances se brisent sous les nôtres. Et même percées de part en part, nos lances restent utilisables. Alors parfois, ils se fâchent. Mais bon, cela fait partie du sport ! »
 
Grâce à Papa Marama, le patia fa à l’ancienne continue d’exister, au plus grand bonheur du petit Georges, l’un des champions de Faaite…
 

Rédaction web avec Rony Mou-Fat

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV