lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

À Arutua, la crise n’arrête pas les passionnés de va’a

Publié le

Direction Arutua aux Tuamotu, où les jeunes de l'atoll sont passionnés de va'a.

Publié le 28/12/2020 à 9:21 - Mise à jour le 28/12/2020 à 11:24
Lecture < 1 min.

Direction Arutua aux Tuamotu, où les jeunes de l'atoll sont passionnés de va'a.


Les jeunes de Arutua et des atolls aux alentours comme Kaukura, Manihi et Ahe, sont mordus de va’a. Même si les compétitions ont été arrêtées, tous les jours, des passionnés en va’a individuel, sont de sortie. « On s’entraîne tous les jours sauf le dimanche », nous dit Kenny, rameur.

Crédit Tahiti Nui Télévision

Arutua compte une jeunesse très dynamique qui pratique plusieurs sports en même temps. Mais concernant le va’a, les Paumotu voient plus loin. Pour maintenir le niveau excellent de ces adeptes du va’a, les leaders des clubs organisent des sessions, des échanges inter-îles tous les mois : « Avec le président du club de Kaukura, on a essayé de faire tourner : un mois chez mois, le mois d’après chez lui. Aujourd’hui avec la participation de Ahe je ne sais pas. J’espère que les prochains mois à venir il prendra la suite », espère Raimana, président du club de va’a de Arutua.

Lire aussi > Va’a local et international : les perspectives pour 2021

Il est vrai que le pic de la crise de la covid a freiné net les échanges inter-îles. Mais les rameurs de Arutua ne baissent pas les bras. Ils continuent de s’entraîner en individuel pour la saison prochaine.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.