mardi 19 octobre 2021
A VOIR

|

Raraka : lumière sur ce petit atoll des Tuamotu

Publié le

Raraka, petit atoll des Tuamotu situé à 80km de Fakarava, n'offre pour l'instant pas d'électricité à ses habitants. D'ici deux ans, une installation centrale devrait voir le jour, pour le plus grand bonheur des quelques 72 résidents.

Publié le 06/03/2021 à 16:53 - Mise à jour le 07/03/2021 à 10:47
Lecture 2 minutes

Raraka, petit atoll des Tuamotu situé à 80km de Fakarava, n'offre pour l'instant pas d'électricité à ses habitants. D'ici deux ans, une installation centrale devrait voir le jour, pour le plus grand bonheur des quelques 72 résidents.

Il y a deux semaines très exactement, les habitants de Raraka ont reçu la visite conjointe du Haut-commissaire et du Président du Pays, ainsi qu’une partie du gouvernement. Le maire de Raraka, Yvonnick Tapi, n’est pas peu fier d’accueillir les représentants de l’Etat et du Territoire sur son atoll. Un événement qui n’était d’ailleurs jamais arrivé auparavant.

“Nous sommes des petites communes éloignées. Aujourd’hui, on est fier de l’investissement qui a été mis pour nous. […] Nous voulons montrer que nous manquons d’infrastructures. C’est très important” explique Yvonnick Tapi.

En effet, même si quelques maisons sont équipées de panneaux solaires ou encore de groupes électrogènes, Raraka ne dispose pas de l’électricité généralisée. Un problème qui devrait être résolu au cours des deux prochaines années grâce à l’installation d’une centrale. Une révolution donc pour les 72 résidents de l’île.

Les habitants de Raraka accueillent chaleureusement les représentants de l’Etat et du Pays (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Pour le Haut-commissaire, Dominique Sorain, venir à la rencontre de la population était primordial. “C’est important de voir comment les gens vivent, ce qu’ils ressentent et quels sont leurs besoins. Ce type de visite, c’est l’occasion pour les habitants, les tavana, de faire part de ce dont ils ont besoin. Il y a un projet d’abri de survie avec l’école. Il y a un projet aussi d’installation électrique. Nous attendons aussi qu’ils expriment ce qu’ils attendent du Pays et de l’Etat. La population, pour rester dans son île, a besoin de ces équipements”.

Invité du JT samedi soir, le maire a admis miser sur l’électricité et la mise en place d’infrastructures afin de faire revenir à Raraka les jeunes qui en sont originaires. Mais pas que : pour lui, le développement du secteur de l’environnement présente également des atouts. “La préservation, la base c’est la population. Il faut mieux les informer […]. Nous ne donnons pas assez d’information et nous en manquons aussi”. Par ailleurs, Yvonnick Tapi a rajouté que la venue de jeunes polynésiens sur les atolls de la commune de Fakarava afin d’en étudier la biodiversité serait également une solution à l’exode rurale des habitants de Raraka vers des îles plus peuplées.

Car en effet, éloignée du tumulte des Iles du Vent, l’atoll classé réserve de biosphère par l’UNESCO depuis 1977, a su préserver ses atouts naturels. La gardienne de l’île, une tortue marine prénommée Marina, a encore de beaux jours devant elle.

La tortue verte prénommé Marina, gardienne de l’île de Raraka (crédit photo : Tahiti Nui Télévision).

Rédigé par

infos coronavirus