samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Y-a-t-il un risque à trop utiliser son téléphone portable ?

Publié le

Publié le 17/05/2014 à 8:05 - Mise à jour le 17/05/2014 à 8:05
Lecture < 1 min.

Le débat est relancé suite à la publication dans un magazine scientifique d’une nouvelle étude, menée entre 2004 et 2006 par des médecins français. Les risques de développer une tumeur cérébrale seraient accrus pour les gros utilisateurs. Danger réel ou supposé, il existe des astuces simples pour ne pas angoisser à chaque utilisation de votre portable ou smartphone.
Le choix du téléphone tout d’abord. Les constructeurs ont obligation en Europe de préciser sur l’emballage des appareils, le DAS, le débit d’absorption spécifique. Il doit toujours être inférieur à 2 Watts/Kilo. Et plus ce débit est faible, mieux c’est. Il est aussi conseillé d’utiliser un kit oreillette pendant les appels.  Cela permet tout simplement de limiter le contact direct du téléphone avec votre tête et donc de limiter l’exposition aux ondes. Le kit filaire permet de diviser par 10 l’exposition, par 100 avec une oreillette bluetooth.
En 2011, l’Organisation mondiale de la santé qualifiait déjà le mobile de « potentiellement cancérogène. Les résultats d’une étude française menée entre 2004 et 2006 affirment que les personnes utilisant leur téléphone mobile plus de 15 heures par mois ont un risque accru de développer certaines tumeurs du cerveau. Mais faute de preuves irréfutables, rares sont ceux qui changent leurs habitudes.
Regardez ce reportage TNTV sur l’usage du téléphone à Tahiti.

 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.