mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Witney, maquilleur et entrepreneur autodidacte

Publié le

C’est une success-story que le confinement avait un peu occultée… Celle de Witney, maquilleur professionnel polynésien, qui a développé sa propre marque de rouges à lèvres.

Publié le 04/07/2020 à 10:16 - Mise à jour le 04/07/2020 à 10:16
Lecture 2 minutes

C’est une success-story que le confinement avait un peu occultée… Celle de Witney, maquilleur professionnel polynésien, qui a développé sa propre marque de rouges à lèvres.

Witney aime vivre sa vie en couleurs. Maquilleur professionnel depuis quatre ans, il a choisi d’aller plus loin dans sa passion et de développer ses propres produits. Après avoir créé sa marque de faux-cils il y a un an, il a lancé, juste avant le confinement, une gamme de rouges à lèvres liquides. Avantage de ce rouge à lèvres : il est adapté au climat du fenua. Une belle réussite qui a toutefois demandé beaucoup de patience.

« Un an pour les développer, parce que j’ai demandé à faire envoyer plusieurs testeurs, plusieurs échantillons. Au début, ça ne correspondait pas à ce que je voulais. C’était pas bien pigmenté, c’était pas waterproof, c’était pas longue tenue comme je le voulais. Il fallait à chaque fois contacter l’usine pour avoir le résultat qui est là aujourd’hui » confie-t-il.

Witney est complétement autodidacte. Chez cet artiste dans l’âme, le maquillage est quelque chose d’intuitif. L’assurance dans le geste, il l’a acquise avec de la pratique. Ses amies étaient ses modèles. Et puis un jour, il a décidé de sauter le pas : « Maquilleur, je ne pensais pas du tout que c’était un métier, qu’on pouvait en vivre, et surtout que je n’avais pas fait de formation. Et un jour, je suis tombé un peu par hasard dedans. Je travaillais dans un salon de coiffure et les collègues coiffeuses qui, bien sûr, se maquillaient, et c’est là que petit à petit je me suis mis à jouer, j’ai mis les doigts dedans, je me suis éclaté et c’est comme ça que je me suis dit : allez, je veux me lancer dedans ! ».

C’est grâce aux réseaux sociaux que Witney a réussi à se faire un nom. D’abord, avec une page Facebook, puis sa propre chaîne YouTube. S’il adapte bien évidemment le maquillage à la demande de chaque client, il avoue avoir quelques préférences : « C’est surtout le fait de pouvoir changer de tête, transformer un visage. Personnellement, j’aime les maquillages qui sont bien colorés, bien différents. Le maquillage beauté simple, ça ne me parle pas, c’est du déjà-vu. Pour moi, il faut que ça pa’a’ina, il faut que ça claque ».

Et nul doute que cette success-story, celle d’un entrepreneur qui n’a encore que 31 ans, va donner des idées à d’autres jeunes. Witney et sa gamme de produits sont la preuve que tout est possible.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La tension monte au CHPF

Alignés sur le parvis des urgences de l’hôpital, les agents du service applaudissent pour soutenir Nathalie Boivin, leur cadre. C'est son cas...

Outuaraea : le nouveau site à vocation touristique à...

Le parc paysager de Outuaraea, situé au niveau du quartier de Hotuarea à Faa’a, a été dévoilé. Le site appelé plus communément pointe du Flamboyant est méconnaissable. Après un an et demi de travaux, l’espace arboré qui domine la piste de l’aéroport devient un lieu de détente équipé d’infrastructures pour les habitants et les touristes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV