A VOIR

|

Voyage inaugural pour le Tapuae Manu 4

Publié le

Inaugurée en juillet 2022, le Tapuae Manu 4, nouvelle navette desservant Moorea et Maiao, a effectué son voyage inaugural ce mercredi. La liaison entre les 2 îles était assurée auparavant par le Tapuae Manu 3, dont la capacitée était limitée à seulement 12 passagers. Le nombre croissant de voyageurs et la volonté de désenclaver Maiao a décidé les élus à lancer ce projet de 110 millions.

Publié le 22/12/2022 à 12:36 - Mise à jour le 23/12/2022 à 14:12
Lecture 3 minutes

Inaugurée en juillet 2022, le Tapuae Manu 4, nouvelle navette desservant Moorea et Maiao, a effectué son voyage inaugural ce mercredi. La liaison entre les 2 îles était assurée auparavant par le Tapuae Manu 3, dont la capacitée était limitée à seulement 12 passagers. Le nombre croissant de voyageurs et la volonté de désenclaver Maiao a décidé les élus à lancer ce projet de 110 millions.

16 mètres de long, plus spacieux, puissant et rapide que son prédécesseur, le Tapuae Manu 4, inauguré en juillet dernier, peut accueillir 30 passagers, contre 12 auparavant. La capacité maximale de transport de fret est d’une tonne et demie, mais c’est l’ancienne navette, le Tapuae Manu 3, qui sera chargée de transporter le fret vers et depuis Maiao. C’est un point qui inquiète la population qui a pour habitude d’embarquer sur la navette en même temps que ses sacs de coprah ou ses courses. Le maire délégué de Maiao, Tahuhutama Ina, espère que ce problème sera résolu rapidement.

4 membres d’équipage sont chargé de veiller au bon déroulement de la traversée. Cette nouvelle navette construite sur le chantier naval de Taravao répond mieux aux besoins des 353 habitants de Moorea-Maiao. Climatisé, le voyage se fait dans de meilleures conditions. Les fauteuils peuvent même être démontés en cas d’urgences.

Objectif de cette nouvelle navette améliorer le transport scolaire, il fallait à l’ancienne navette faire deux rotations pour transporter les élèves en provenance de Maiao. Elle servira aussi au développement économique de l’île et aux liaisons sanitaires, “Ce bateau est prévu aussi pour les évasans (ndlr. les évacuations sanitaires), pour les handicapés. ce bateau est un peu plus rapide, à peu près 2 heures, 2 heures et demi de trajet jusqu’à Maiao.” précise Evans Haumani, le maire de Moorea-Maiao. Il fallait à l’ancien bateau “5 heures de trajet pour aller jusqu’à Maiao, celui-là est un peu plus rapide et confortable.

Après 2h et demie en mer, le Tapuae Manu 4 arrive à Maiao. Le navire est accueilli en musique par la population de l’île découvre enfin sa nouvelle navette.

Il aura fallu investir 110 millions pour venir à bout de ce projet. L’État y a participé à hauteur de 36 millions. Convié, le Haut-commissaire a effectué sa première visite officielle sur l’île. Il est le 3e représentant de l’Etat à fouler le sol de Maiao. Visite de la mairie, du dispensaire, recueillement sur la tombe de l’ancien maire de l’île puis rencontre avec la population, Eric SPITZ a pu échanger avec la population et constater les projets prioritaires. Il a notamment été question de la centrale électrique hybride qui devrait être inaugurée en 2024. Prochain projet, permettre à la population de Maiao d’avoir accès à l’eau potable. Le Haut-commissaire précise que “pour l’instant on a lancé une étude de 80 millions de francs Pacifique pour connaitre exactement les ressources du sous-sol de l’île. a partir du moment où on aura cette étude, on pourra peut-être mettre en action pour que les gens aient l’eau potable

Située à 75 km à l’ouest de Moorea et à 95 km à l’Ouest de Tahiti, Maiao, l’île interdite s’ouvre au monde avec le Tapuae Manu 4. Les restrictions, sont tout de même maintenues, les personnes non originaire de l’île pourront la visiter, mais ils n’ont toujours pas le droit d’y passer la nuit sans invitation officielle. Cette organisation repose sur un arrêté du gouvernement des établissements française d’Océanie, pris en juillet 1936, suite à des malversations et révisé en 1989.

Le planning de rotation devrait être fixé prochainement, en fonction des besoins de la population de ce petit bout de paradis.