mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Viols sur mineurs : le Sénat veut aller plus loin que le projet de loi Schiappa

Publié le

Publié le 19/06/2018 à 13:44 - Mise à jour le 19/06/2018 à 13:44
Lecture 2 minutes

Concernant l’article 2 de ce projet porté par le secrétaire d’Etat à l’Egalité Marlène Schiappa, relatif à la répression des abus sexuels sur mineurs, les sénateurs ont repris les grandes lignes d’une proposition de loi votée en mars et adopté un amendement créant “une présomption de contrainte”, selon un communiqué du Sénat.

Cette présomption “simple” signifie que la charge de la preuve est renversée et qu’il reviendra à l’agresseur de prouver qu’il n’a pas contraint une victime, sans fixer de limite d’âge.

Pour Philippe Bas, président LR de la commission des Lois, cette mesure permettra “de protéger toutes les victimes mineures, quel que soit leur âge. (Car) l’introduction d’un seuil d’âge ne protégerait qu’une partie d’entre elles”.

Dans son projet, déjà adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le gouvernement précise à l’article 2 qu’en cas d’un viol sur un mineur de 15 ans, la contrainte ou la surprise pourront découler d’un “abus de vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour consentir à ses actes”.

Mais cette formulation a été jugée par ses détracteurs trop éloignée de l’intention initiale d’instaurer une “présomption de non-consentement”, qui impliquait que toute pénétration sur un mineur de moins de 15 ans était considérée comme un viol.

Autre point polémique : les sénateurs ont supprimé la création d’une “atteinte sexuelle avec pénétration” estimant que cette disposition pouvait “encourager à la correctionnalisation” des viols.

Lire aussi >>> Une manifestation à Papeete contre l’article 2 de la loi Schiappa 

Le projet de loi propose une aggravation des sanctions en cas d’atteinte sexuelle, portant la peine maximum encourue à dix ans d’emprisonnement en cas de pénétration, une distinction qui n’existait pas auparavant. 

Cette annonce a suscité les critiques d’associations et de parlementaires qui craignent des requalifications de viols en délits, et donc un amoindrissement des faits.

Selon le communiqué, le texte doit être débattu en séance les 4 et 5 juillet. Il doit ensuite être examiné en Commission mixte paritaire Assemblée-Sénat. S’il n’y a pas de consensus entre les parlementaires, le dernier mot ira à l’Assemblée.

AFP

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub