samedi 19 octobre 2019
A VOIR

|

Violences familiales en Polynésie : l’UPF recherche des témoignages

Publié le

Publié le 12/11/2018 à 16:50 - Mise à jour le 12/11/2018 à 16:50
Lecture 2 minutes

En Polynésie, les chiffres sur les violences au sein des familles sont des plus inquiétants. Les forces de l’ordre interviennent pour des différends familiaux près de 6 fois par jour en moyenne. Et dans le plan prévention de la délinquance 2018-2020, il est indiqué que les violences intra-familiales augmentent au fenua, et qu’elles se situent bien au-dessus des moyennes nationales. Parmi les atteintes volontaires à l’intégrité physique (AVIP), les violences intra-familiales représentent un volume conséquent : 65% des faits en matière de blessures volontaires. 

>>> Lire aussi : Exclusif : le plan de prévention de la délinquance 2018-2020

“La Polynésie est le territoire d’outre-mer où il y a le plus fort taux de violences familiales. Mais les chiffres sont peu précis car ce sont ceux des forces de l’ordre et de la justice” souligne Loïs Bastide, maître de conférences en sociologie à l’Université de la Polynésie française (UPF). En effet, ces chiffres ne sont pas forcément le reflet de la réalité actuelle : “certains milieux sociaux sont très fermés ici et les personnes témoignent rarement des violences subies. Il faut instaurer une relation de confiance. Nous n’avons pas encore assez de visibilité sur ce qui se passe vraiment dans les familles” déplore le chercheur.

Afin d’expliquer ces chiffres et de mieux comprendre le processus d’entrée à la violence au sein des familles, Loïs Bastide dirige depuis un an déjà une recherche sur les violences familiales en Polynésie : “C’est une étude de type qualitative, mais également à visée informative. Et elle pourra être utile pour la politique publique et pour les campagnes de prévention”. L’étude est financée par l’INJEP (un observatoire du Ministère de l’Education Nationale) et hébergée par la Maison des Sciences de l’Homme et du Pacifique.

> Un appel à témoignages

Cette problématique est très importante sur le territoire et polarise actuellement les énergies de nombreux acteurs, publics et associatifs. Les chercheurs de l’étude travaillent activement avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation de la Polynésie française et avec des associations d’aides aux victimes afin de recueillir des témoignages.
Mais afin de diversifier les profils des personnes interrogées pour élargir le périmètre du diagnostic, Loïs Bastide lance un appel à témoignages afin d’obtenir des entretiens avec de jeunes femmes et de jeunes hommes (18-30 ans) victimes ou auteur.e.s de violences, dans le cadre familial. L’anonymat est garanti. Les personnes souhaitant témoigner peuvent envoyer un e-mail à : [email protected]

L’étude sera ensuite rendue publique une fois la recherche terminée.
 

Rédaction web

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Surf : le Français Jérémy Flores qualifié pour les...

https://www.facebook.com/FFsurf/videos/2504543452957295/ L'aventure s'est terminée pour notre Spartan Michel Bourez et le Français Jérémy Flores, compagnon de la Tahitienne...

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X