lundi 10 août 2020
A VOIR

|

VIH/sida : 154 personnes suivies en Polynésie

Publié le

Comme chaque année, le 1er décembre marquait la journée mondiale de lutte contre le sida. Quelle est la situation en Polynésie ? Le Dr Lam N’Guyen, médecin conseil de l’association Agir contre le sida, était notre invité en plateau pour y répondre.

Publié le 02/12/2019 à 10:19 - Mise à jour le 02/12/2019 à 15:46
Lecture 3 minutes

Comme chaque année, le 1er décembre marquait la journée mondiale de lutte contre le sida. Quelle est la situation en Polynésie ? Le Dr Lam N’Guyen, médecin conseil de l’association Agir contre le sida, était notre invité en plateau pour y répondre.

Combien de malades du VIH avons-nous en Polynésie et quels sont les soins ?
« Actuellement, nous sommes à 154 personnes qui sont suivies activement par notre système de santé. Probablement qu’il y en a qui sont infectés mais pas encore dépistés. Avec des rétrocalculs qui datent de 10 ans, on les estime à environ une dizaine de personnes. Mais c’est une estimation un peu grossière.
Actuellement, la plupart de nos patients qui sont suivis, se voient proposés un traitement. On a de nos jours un traitement extrêmement efficace qui permet aux gens de rester en bonne santé, à condition qu’ils suivent bien leur traitement. »

Ce qui n’est pas le cas ?
« Ce n’est pas toujours le cas malheureusement et récemment nous avons eu à déplorer le décès d’une jeune personne que nous suivons, par manque de constance dans le traitement, pour diverses raisons. Personnellement, je vis ça comme un échec puisque, quelle que soit la raison, cette jeune personne ne devrait pas mourir. Si vous voulez, avoir le traitement disponible, c’est déjà une très bonne chose, je rappelle simplement que le VIH/sida fait partie des longues maladies, donc pris en charge à 100% par la CPS. Donc normalement, tous les frais qui sont inhérents aux soins, aux suivis médicaux, ne sont pas pris en charge par le patient, mais à 100% par la CPS. Néanmoins, il y a des difficultés pour le suivi, il y a des difficultés de régularité de prise des médicaments pour diverses raisons, notamment familiales, sociales, financières, etc. »

Quelle tranche d’âge est touchée par le VIH aujourd’hui ?
« C’est une question un peu difficile à répondre. Classiquement, c’est la tranche d’âge qui est le plus impliquée dans les activités sexuelles, entre 18 à 25-30 ans. Cependant, du fait que la plupart des patients sont suivis et traités, ils prennent de l’âge, tirant la moyenne d’âge vers le haut. Donc actuellement, la moyenne d’âge tourne autour de 40-45 ans. Ça masque un peu le fait que ça touche quand les gens sont jeunes. Parce que tous ces gens-là ont été infectés plus jeunes. »

Ce dimanche marquait la journée mondiale de lutte contre le sida, nous n’avons vu aucune manifestation pour sensibiliser les gens à cette maladie. Pourquoi ?
« Au niveau associatif, nous avons perdu notre capacité opérationnelle depuis trois ou quatre ans par manque de bénévoles. On s’est aperçus qu’avec le tissu associatif, il faut pérenniser l’activité en professionnalisant les gens. C’est-à-dire qu’il faudrait assurer un fonctionnement pérenne avec un budget pérenne, et avoir des salariés, parce que si on ne compte que sur des bénévoles, au bout de 10-15 ans, les gens s’essoufflent, et c’est la situation dans laquelle on s’est retrouvés. Actuellement, il y a la présidente qui est toujours Maire Bopp-Dupont, moi je suis médecin conseil. Théoriquement l’association existe, mais il n’y a plus d’activités parce qu’il n’y a plus de moyens ni humains, ni financiers pour continuer. Tout récemment, j’ai un espoir avec Karel Luciani, qui est responsable d’une nouvelle association Cousins Cousines de Tahiti, et qui est très intéressé pour nouer des partenariats avec nous pour faire une jonction entre les activités associatives et les activités qui relèvent de la santé publique. »

Où peut-on se faire dépister du VIH et comment s’y prendre ?
« Vous pouvez vous faire dépister dans n’importe quelle structure de soins : avec votre médecin privé, dans les cliniques, les hôpitaux, les dispensaires. Ceci dit, au niveau de la direction de la Santé, les centres de dépistage anonymes et gratuits ont été mis en place il y a plusieurs années. Donc vous pouvez aller dans n’importe quel dispensaire et avoir des tests de dépistage gratuits, anonymes et c’est très rapide. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV