jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Vidéos – Aides agricoles : des centaines de dossiers en attente

Publié le

Publié le 28/09/2018 à 11:57 - Mise à jour le 28/09/2018 à 11:57
Lecture 2 minutes

La Foire agricole a ouvert jeudi sur le site de Vaitupa à Faa’a. C’est l’événement de l’année pour beaucoup de professionnels et certains auraient aimé avoir plus de moyens pour s’y préparer. « Depuis 2017 on a fait une demande d’aide en matériel et depuis on n’a pas encore reçu le matériel qu’il faut. On essaie de se débrouiller avec le matériel qu’on a », témoigne Jean-Baptiste Tavanae, agriculteur bio de Papeari.

Un nouveau dispositif d’aides agricoles a été mis en place en fin d’année 2017. Mais depuis, beaucoup attendent encore une réponse. « C’est bien de proposer mais maintenant on attend la réponse. On peut développer l’agriculture biologique mais si on n’a pas de matériel on ne pourra pas »

>>> Lire aussi : La Foire agricole est de retour du 27 septembre au 7 octobre 

Interview de  Jean-Baptiste Tavanae, agriculteur bio de Papeari.

Philippe Couraud, directeur de l’Agriculture explique que le nouveau dispositif est très attrayant. Les financements peuvent aller jusqu’à 80% pour les projets innovants contre 60% avec l’ancien dispositif. Les nouvelles mesures augmentent les plafonds d’aides accordées et le nombre de bénéficiaires « puisque maintenant le secteur agro-alimentaire peut en bénéficier. » Résultat : les demandes ont explosé. « Il y a eu un engouement du monde agricole pour ce dispositif. En quelques mois, on a reçu plus de 900 dossiers d’aide », raconte Philippe Couraud. « Effectivement, nos services ont été totalement engorgés puisque auparavant on traitait au maximum une quarantaine, une cinquantaine de dossiers par an. On n’a pas pu traiter tous les dossiers avec la célérité voulue. » 

> Plus de 200 dossiers déjà traités

Interview de Philippe Couraud, directeur de l’Agriculture 

Plus de 200 dossiers ont déjà été traités mais plusieurs sont encore en attente et le directeur de l’Agriculture ne s’en cache pas : « il y a des dossiers qui ne pourront pas être traités cette année parce qu’on n’a pas le temps matériel de les traiter et les budgets qui avaient été alloués au dispositif sont épuisés. (…) On a été victimes de notre succès. On a multiplié par 3 le personnel en charge des traitements mais ça n’a pas suffi. On va, à partir de 2019, mieux baliser la réception des agriculteurs qui viennent nous voir pour qu’il n’y ai pas cette attente. Je suis bien d’accord, une aide ça doit être inscrit en 6 mois. » 

Le directeur de l’Agriculture retient cependant que, parmi les dossiers traités,  « on a accordé grâce à ce dispositif des niveaux de soutien sur des projets qui peuvent aller jusqu’à 5 millions, 6 millions, 10 millions, 20 millions… On a accordé des dispositifs d’aide notamment à des personnels dans le secteur forestier, également dans l’agro-alimentaire ou des gros équipements chez des professionnels ».

Rédaction web  

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La quatorzaine maintenue pour les déplacements entre la métropole...

Des mesures de contrôles "très strictes des déplacements" vers les Outre-mer sont maintenues avec une "quatorzaine" à l'arrivée, a annoncé jeudi le Premier ministre, mais plus de vols sont envisagés pour les vacances "si les conditions sanitaires le permettent".

Retour de la houle à Teahupoo : les surfeurs au...

Les accros de la glisse avaient rendez-vous ce samedi, à Teahupoo. Ils étaient nombreux à profiter toute la matinée de la grosse houle du Sud qui a touché depuis hier soir la côte ouest de Tahiti.

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV