mardi 18 mai 2021
A VOIR

|

Vidéos – Addictions : des chiffres inquiétants chez les jeunes, la Croix rouge s’attaque au problème

Publié le

Publié le 09/06/2018 à 9:51 - Mise à jour le 09/06/2018 à 9:51
Lecture 2 minutes

En Polynésie, la drogue toucherait de plus en plus de personnes, en particulier les jeunes. L’antenne locale de la Croix rouge a décidé de prendre le problème à bras le corps. Depuis 4 ans, via son programme Turumono, elle dispense des formations à des travailleurs sociaux et des bénévoles de terrain pour renforcer leurs compétences dans le domaine de l’addictologie. L’objectif est de leur donner les outils pour aider les jeunes toxicomanes. Samedi, une dizaine d’entre eux recevait leur attestation de formation.

Les d’éducateurs spécialisés assistantes sociales  du foyer Uruai a tama, qui accueille des jeunes garçons de 12 à 17 ans placés par la justice, on suivi la formation.
« Il nous faut ce temps pour prendre du recul, nous retrouver en tant que professionnels, revoir les postures à améliorer, adapter. On va vraiment s’axer sur la valorisation des capacités des jeunes pour pouvoir les porter, et pour qu’ils puissent s’ouvrir et réussir dans la vie », explique Carmelito Tauraa responsable éducatif du foyer.
« Il faut mettre en place une relation de confiance avec l’enfant. Ils ne veulent pas forcément parler du paka par exemple. Cette formation nous a permis d’avoir des clefs pour faire en sorte qu’ils s’ouvrent à nous », raconte Vaihere Teharuru éducatrice.

Avertis des spécificités de ce que l’on appelle l’addictologie, les voilà mieux préparés à aider les consommateurs de drogues à changer leur avenir. C’est tout l’objectif du programme Turumono, qui a déjà offert cette formation une centaine de personnes à Tahiti et aux Raromatai. Mais ce n’est pas encore suffisant. « Maintenant on se tourne vers les professionnels. Mais nous nous adressons également aux associations, communautés religieuses, associations de quartier, associations de jeunesse », appelle Willma Tehihira-Cibard 

La Croix rouge invite donc les bénévoles qui le souhaitent à venir se former, pour aider les jeunes, de plus en plus nombreux à sombrer dans la drogue.

Une étude menée par le gouvernement et la direction de la Santé auprès de 3200 adolescents de 13 à 17 ans a été dévoilée : 26% déclarent avoir consommé du tabac et 44% avoir consommé de l’alcool au cours des 30 derniers jours. 
Il s’agit de la première étude du genre au fenua. « C’est une photographie à un moment présent de tous les problèmes, dont ceux qui concernent les conduites addictives comme le tabac, l’alcool et les diverses toxicomanies. On peut noter des points qui sont plutôt positifs où on semble avoir quelques petits frémissements de progrès en particulier sur la consommation de tabac chez les jeunes. Mais globalement tous les chiffres, y compris ceux des conduites addictives sont préoccupants », explique Vaea Terorotua de la direction de la Santé. 

Les chiffres dévoilés par l’étude n’étonnent pas vraiment les professionnels de santé : « c’est notre constat au quotidien. Mais ça a le bénéfice cette enquête de pouvoir mesurer et poser des indications pour les réajustements de programme dans le futur. Cette enquête normalement devrait être reconduite tous les 5 ans. »

L’enquête s’intéresse aussi à la santé et à l’éducation, du lavage de dents à l’utilisation du préservatif… Les résultats interrogent sur le rôle des parents. « Cette enquête est le reflet de la société. On ne peut pas stigmatiser les parents dans leur rôle auprès de leurs enfants. N’empêche, c’est vrai qu’il convient tout à fait comme axe fort des recommandations qui sortent de cette enquête de renforcer leur rôle auprès de leurs jeunes et de les aider à avoir une parentalité plus assumer et plus consciente. »
 

Rédaction web 

infos coronavirus

Vaccin, nucléaire, social : l’interview en Polynésie de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer

La visite du ministre des Outre-mer en Polynésie s'est achevée vendredi après un passage dans l'archipel des Marquises. Sébastien Lecornu était l'invité de notre journal avant de repartir en métropole :

Une pétition pour pouvoir voyager en métropole

Les déclarations du ministre des Outre-mer ont douché les espoirs de centaines d’habitants qui espéraient enfin pouvoir fouler le sol de métropole...