mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Vidéo – Une centrale hybride pour Maiao

Publié le

Publié le 29/12/2017 à 19:19 - Mise à jour le 29/12/2017 à 19:19
Lecture 2 minutes

 » J’achète 5 fûts par mois, à 26 000 francs le fût cela me revient très cher par mois  » nous dit d’emblée Tama Ina, le sécrétaire général de la coopérative agricole de Maiao. Les habitants de cette île doivent acheter leur fûts eux même pour alimenter leur foyer en électricité. A Maiao, certaines maisons n’ont même pas de groupe électrogène. Le maire de Moorea – Maiao Evans Haumani cherche lui aussi à remédier à ce problème  » Cela fait longtemps qu’ils attendent une solution pour leur électricité, je vois qu’ils ont du mal dans les maisons mais aussi à l’école, on étudie donc une solution pour leur venir en aide « .

Une mini centrale est à l’étude depuis plusieurs année, mais voilà et c’est la règle, à Maiao les parcelles de terre ne peuvent être vendues ou louées.  La coopérative agricole de Maiao gère le foncier de l’île depuis près d’un siècle: Tama Ina précise  » Selon nos lois, on ne peut pas vendre de terre, on a donc décidé de mettre une terre à disposition d’EDT, pour que ce projet voie le jour « .  Une décision entérinée lors du passage sur la petite île, d’une partie du conseil municipal de Moorea – Maiao.  Un terrain d’ un hectare a été choisi, il se situe à mi chemin entre le quai et le village.  Une telle installation serait un gros avantage pour les habitants comme Tama  » Selon leur étude le prix de l’électricité devrait baisser considérablement, de l’ordre de 10 000  franc par mois, et même à 15 000 franc par mois cela reste très intéressant pour nous « . 

Un projet de centrale hybride, électrique et thermique, qui est toujours à l’étude. S’il venait à voir le jour, le financement sera partagé entre l’Etat, le Pays et de la commune de Moorea – Maiao.

Rédaction web avec Matahi Tutavae

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Paulina Morgan, grande dame de la danse, s’est éteinte

Paulina Morgan, grande dame de la danse traditionnelle, est décédée à l'âge de 88 ans. Elle a notamment été chef de la troupe Tiare Tahiti et enseignante au Conservatoire artistique de la Polynésie française.

La DPDJ en mission à Raiatea

La délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ), avec à sa tête Teiva Manutahi, s’est rendue, cette semaine, à Raiatea. Elle a organisé une réunion, mercredi, avec deux autres services du Pays, (DGEE et DPAM), dans les locaux de la circonscription des îles Sous-le-Vent, à Uturoa.

Un cas de covid-19 confirmé chez un PNC d’Air...

Il s'agit d'un personnel navigant d'Air Tahiti Nui. La compagnie que nous avons contactée, a confirmé et explique que la personne concernée...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV