dimanche 15 septembre 2019
A VOIR

|

Vidéo – Tama et Nadège Burns: père et mère courage

Publié le

Publié le 14/08/2017 à 14:50 - Mise à jour le 14/08/2017 à 14:50
Lecture 3 minutes

Tehani est atteinte d’une maladie très rare, le syndrome Phelan-McDermid, découvert dans les années 2000, et à l’origine de nombreux retards du développement moteur, des troubles de l’apprentissage et une baisse ou une absence totale de tonus musculaire. Cette maladie lui a été diagnostiquée, il y a quatre ans, et, loin de se laisser abattre, les parents de Tehani ont décidé de créer une association dans le but de sensibiliser la population. 

Tama Burns est le père de Tehani, et il nous explique le pourquoi de cette journée. “L’idée est de faire connaitre cette maladie qui est vraiment très rare. Tehani, est à l’heure actuelle la seule Polynésienne connue, atteinte de cette maladie. Notre idée est de savoir si il y a d’autres enfants en Polynésie atteints du syndrome Phelan-McDermid.”

Vivant en métropole, dans le Var plus précisément, les parents de Tehani ont recensé douze enfants dans la région Paca atteints de la même maladie. “Le quotidien de Tehani, est le même que celui de ces enfants. Elle est suivie par un Institut Médico-Educatif, du matin au soir, où on lui prodigue des séances d’orthophonie, de balnéothérapie, et pas mal de jeux d’éveil.” Tehani doit être stimulée en permanence afin de l’éveiller et briser l’autisme qui l’enferme dans son monde.

Lors de cette journée, l’enfant a fait un petit tour en va’a. Un geste hautement symbolique pour son père. “Le va’a véhicule un message. C’est l’ambassadeur du voyage. Là, Tehani, revient chez elle en Polynésie, et pour nous, il est essentiel qu’elle vienne en pirogue pour passer un message à la Polynésie.”

Le handicap de Tehani, pour ce père est un moyen “d’aller de l’avant. Ces enfants handicapés nous tracent le chemin pour avancer dans la vie quotidienne, et en même temps nous éveillent à la chance que nous avons, nous, de nous tenir debout et de s’exprimer. Le handicap n’est pas un frein pour les parents.”

Et pourtant, le quotidien de ces parents n’est pas toujours facile. “C’est une enfant qui ne fait rien par elle-même, elle commence tout juste à faire ses premiers pas, et les progrès sont très lents. C’est un bébé. On lui donne à manger, et on la change. Sauf que c’est un gros bébé remuant et qu’elle en met partout.”, explique Nadège, sa mère, en souriant.

Autre obstacle, l’incompréhension. “Comme elle ne s’exprime pas, on ne comprend ce qu’elle veut. Elle pleure, et on ne sait pas pourquoi. On essaie et c’est par tâtonnement qu’on arrive à cerner le problème”.

Quant à savoir comment avec une telle épreuve ils arrivent à garder le sourire, “Cela a été très dur au début. Je me suis effondrée en pleurs les trois premiers mois lorsque l’on a diagnostiqué la maladie de Tehani, et grâce à des gens qui nous ont soutenu, j’ai repris le dessus.”

Si le retard moteur peut se corriger au fil du temps avec des séances de kiné, le retard mental est malheureusement pour l’heure, irréversible. “Le quotidien est dur actuellement, quant à l’avenir, si tu y penses, tu t’écroules.”, confie Nadège, remerciant en cela“Le côté polynésien de mon mari, qui fait qu’il ne faut pas regarder trop loin en avant non plus. Aujourd’hui, elle est heureuse, elle a souri, on avance doucement et l’on ne sait pas trop ce qu’il va se passer après.”
 

Rédaction Web avec Maité Mai

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Puunui : trop de maisons, pas assez d’eau

Sur les hauteurs de Puunui, la pression de l’eau ne cesse de diminuer. En plus de la sécheresse, depuis 18 ans, le nombre d’habitations implantées sur ce domaine agricole, a explosé.

Un dernier hommage au brigadier Loïc Ly Sao

Vive émotion ce matin au commissariat de Papeete. L’ensemble du personnel de la DSP s’est réuni pour un dernier au-revoir à Loïc Ly Sao, leur collègue décédé dans un accident de VTT, dimanche dernier au Pic Vert.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV