lundi 19 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Sport et santé : un séminaire pour agir

Publié le

Publié le 16/07/2018 à 6:50 - Mise à jour le 16/07/2018 à 6:50
Lecture 2 minutes

Il réunit des patients du réseau Maita’i sport santé, des professionnels de santé et de sport, des institutions, communes et associations impliquées dans le sport santé. Jusqu’à mercredi, 12 thèmes seront abordés  avec les interventions des 8 référents nationaux et de 24 référents locaux et du Pacifique, présents pour l’occasion. 
 
A l’ouverture,  Jacques Raynal, ministre de la Santé a rappelé les chiffres en matière de santé mettant en exergue la situation à laquelle la Polynésie était confrontée. “Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 70% des adultes sont en surpoids (dont 40 % au stade de l’obésité),  36 % des enfants de 7 à 9 ans  également (dont 16 % au stade de l’obésité). Nous sommes classés parmi les pays les plus touchés au monde”, a relevé le ministre. Les maladies de surcharge représentent le premier fléau de santé publique en Polynésie française.
 
L’OMS (organisation mondiale de la santé) reconnait, depuis de nombreuses années, que la pratique régulière d’une activité physique et sportive agit favorablement sur les différents aspects de la santé ainsi que sur les dépenses de santé. 
 
Le docteur Alexandre Feltz participe à ce premier séminaire. Egalement adjoint au maire de Starsbourg, il a lancé en métropole des programmes de sport-santé. “En 2012, on a lancé le sport santé sur ordonnance à Strasbourg. Aujourd’hui il y a 63 villes en France que je coordonne et qui travaillent sur ces questions là. Je suis en Polynésie parce que c’est le premier séminaire et il y a un réseau qui se met en place. Il faut expliquer aux gens que l’activité physique adaptée est un vrai médicament pour les obèses, diabétiques et cancéreux mais qu’il faut l’organiser avec le médecin traitant, avec des enseignements spécialisés, des éducateurs sportifs et les résultats sont impressionnants.” 

En Polynésie, déjà de nombreux patients ont pu bénéficier du sport santé sur ordonnance. “Ça améliore l’état de santé et l’état psychologique des personnes. Il faut adapter l’activité. Ça ne va pas être du va’a de compétition ou du foot de compétition mais on va adapter l’intensité et l’activité aux capacités des personnes et on va les accompagner avec des coachs sport santé qui vont mettre en place les programmes”. 

Selon le docteur Feltz, le corps humain n’est pas fait pour la sédentarité. “Il faut retrouver un mode de déplacement, motiver son corps à bouger, on est des êtres bougeant pas gisants. Toute la population doit le faire mais les malades doivent le faire en lien avec des médecins traitants et des éducateurs sportifs spécialisés pour adapter l’intensité et monter en capacité physique.” 

En métropole, il y a 15% d’enfants en obésité, en Polynésie c’est le double. L’éducation à l’activité physique est donc importante. La ministre de l’Education participe d’ailleurs à ce premier séminaire sport santé du fenua. 
 

Rédaction web 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]