mardi 7 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – Salon de l’Agriculture 2018: pas un grand cru pour les producteurs polynésiens

Publié le

Publié le 04/03/2018 à 7:51 - Mise à jour le 04/03/2018 à 7:51
Lecture 2 minutes

Pour cette 55e édition, le pavillon outre-mer n’a pas désempli et le stand de la Polynésie fait toujours son effet. Mais les produits du fenua ont été très peu primés pour le concours général agricole : certains sont en difficulté comme la vanille qui n’a même pas pu participer parce qu’il faut un minimum de trois producteurs avec des produits de la même famille. Ils n’étaient que deux sur les 700 existants à Tahiti. Des difficultés qui se reflètent sur les ventes.

Camille Germain  de la société Vanille Teava Rurua a augmenté ses recettes et pourtant il est un peu déçu. Même si cette année il se retrouve sans concurrence directe, il n’a pas réussi à récupérer les parts des deux autres producteurs présents l’année passée. Entre les prix qui grimpent, les difficultés climatiques qui réduisent la production de vanille et les 120 000 Fcfp qu’il faut débourser pour obtenir 1m de stand, 2018 n’a pas été un grand cru.

« Par rapport à l’année dernière, on a le sentiment que les gens étaient un peu plus frileux en terme d’achats. Dans l’imagerie des gens, la vanille est devenu un produit cher. Ils sont au courant qu’il y a de la difficulté dans ce secteur. Nous cette année, on a marié peu de fleurs par rapport aux années précédentes, donc on sait que l’année prochaine sera compliquée. »

Malgré toutes ces difficultés, les consommateurs continuent d’affluer autour du stand. Même si certains sont juste curieux et ne sortent pas leur porte-monnaie (pour 4 800 Fcfp les 4 gousses), les connaisseurs, vantent toujours les mérites de ce produit, difficile à trouver dans l’hexagone.
 
Si le stand de la Polynésie française attire toujours les foules,Ils sont près de 11 000 curieux chaque jour à s’arrêter sur les produits du fenua, pour la chambre de l’agriculture et de la pêche, il faudrait encore plus les diversifier. « Personnellement, je suis un peu décue, parce que je vois que l’on a plus de dégustation d’alcool que de fruits, par rapport aux années précédentes », indique Yvette Temauri  Présidente de la chambre d’agriculture et de pêche polynésienne qui estime que « L’année prochaine, il faudra que l’on ramène plus de produits locaux. »

Pour cette 55e édition, le salon a connu 672 000 visiteurs. C’est 50 000 de plus que l’année précédente mais c’est encore bien loin du record de 2014 avec 703 000 personnes.

 

Rédaction web avec Solène Boissaye

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Travaux sur le front de mer Papeete en juillet

Des travaux d’élagage des arbres du front de mer sont prévus par la direction de l’équipement sur le terre-plein central, et les accotements en amont et en aval de la RT6, dans la commune de Papeete, les samedis 4, 11 et 18 juillet de 12 heures à 16 heures et les dimanches 5, 12 et 19 juillet de 7 heures à 16 heures.

Un partenariat avec Unicancer pour la création de l’Institut...

Unicancer, unique réseau hospitalier français dédié à 100% à la lutte contre le cancer, et la Polynésie française annoncent la signature d’un accord fixant le périmètre de leur collaboration dans le projet de création de l’Institut du Cancer de la Polynésie Française (ICPF). Le coup d’envoi de ce projet ambitieux a été donné, jeudi, avec la tenue de la première réunion de son comité de pilotage.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV