mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Vidéo – Salon de l’Agriculture 2018: pas un grand cru pour les producteurs polynésiens

Publié le

Publié le 04/03/2018 à 7:51 - Mise à jour le 04/03/2018 à 7:51
Lecture 2 minutes

Pour cette 55e édition, le pavillon outre-mer n’a pas désempli et le stand de la Polynésie fait toujours son effet. Mais les produits du fenua ont été très peu primés pour le concours général agricole : certains sont en difficulté comme la vanille qui n’a même pas pu participer parce qu’il faut un minimum de trois producteurs avec des produits de la même famille. Ils n’étaient que deux sur les 700 existants à Tahiti. Des difficultés qui se reflètent sur les ventes.

Camille Germain  de la société Vanille Teava Rurua a augmenté ses recettes et pourtant il est un peu déçu. Même si cette année il se retrouve sans concurrence directe, il n’a pas réussi à récupérer les parts des deux autres producteurs présents l’année passée. Entre les prix qui grimpent, les difficultés climatiques qui réduisent la production de vanille et les 120 000 Fcfp qu’il faut débourser pour obtenir 1m de stand, 2018 n’a pas été un grand cru.

“Par rapport à l’année dernière, on a le sentiment que les gens étaient un peu plus frileux en terme d’achats. Dans l’imagerie des gens, la vanille est devenu un produit cher. Ils sont au courant qu’il y a de la difficulté dans ce secteur. Nous cette année, on a marié peu de fleurs par rapport aux années précédentes, donc on sait que l’année prochaine sera compliquée.”

Malgré toutes ces difficultés, les consommateurs continuent d’affluer autour du stand. Même si certains sont juste curieux et ne sortent pas leur porte-monnaie (pour 4 800 Fcfp les 4 gousses), les connaisseurs, vantent toujours les mérites de ce produit, difficile à trouver dans l’hexagone.
 
Si le stand de la Polynésie française attire toujours les foules,Ils sont près de 11 000 curieux chaque jour à s’arrêter sur les produits du fenua, pour la chambre de l’agriculture et de la pêche, il faudrait encore plus les diversifier. “Personnellement, je suis un peu décue, parce que je vois que l’on a plus de dégustation d’alcool que de fruits, par rapport aux années précédentes”, indique Yvette Temauri  Présidente de la chambre d’agriculture et de pêche polynésienne qui estime que “L’année prochaine, il faudra que l’on ramène plus de produits locaux.”

Pour cette 55e édition, le salon a connu 672 000 visiteurs. C’est 50 000 de plus que l’année précédente mais c’est encore bien loin du record de 2014 avec 703 000 personnes.

 

Rédaction web avec Solène Boissaye

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER