lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Vidéo – René Bidal présente ses voeux à la population

Publié le

Publié le 29/12/2017 à 9:00 - Mise à jour le 29/12/2017 à 9:00
Lecture 2 minutes

«  Nous sommes tous très attachés au premier de l’an, car il symbolise une attention affective et une promesse qui nous rapprochent de ceux que l’on aime avec le désir que s’exauce l’avenir meilleur qu’ils espèrent. »

 Le haut-commissaire René Bidal, a publié ses vœux aux Polynésiens pour l’année 2018. Il y décrit les trois exigences qu’il s’est fixé.

La première concerne les services de l’Etat, auquel il a demandé d’être « humbles et à l’écoute » des préoccupations quotidiennes des habitants de Polynésie française. La deuxième est de travailler en intelligence et en confiance avec le gouvernement et avec les tavana. La dernière exigence du haut-commissaire est d’être toujours plus proche de la population.

« Cette exigence est pour moi essentielle, car elle me permet d’analyser, de mieux comprendre puis de défendre des sujets qui répondent à vos besoins et à vos attentes, alors qu’ils pourraient être incomplètement perçus.  »

Ces voeux sont aussi l’occasion pour René Bidal d’évoquer les violences trop nombreuses au fenua et qui ne reflètent pas, selon le haut-commissaire, l’image de la Polynésie. 

« […] mon vœu le plus cher en 2018 est de ne plus avoir à déplorer le constat que les actes violents sont, en proportion, très supérieurs à la moyenne nationale […] »

Le représentant de l’Etat appelle aussi les citoyens à se mobiliser pour les élections prochaines, comme ils l’ont fait en 2017.

« C’est un moment démocratique essentiel pour le Pays auquel je vous engage à participer en allant voter. »

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.