dimanche 29 mars 2020
A VOIR

|

Vidéo – Première semaine à l’UPF : les étudiants font le bilan

Publié le

Publié le 30/08/2018 à 14:28 - Mise à jour le 30/08/2018 à 14:28
Lecture 2 minutes

Pour les étudiants en première année, la rentrée à l’université est un moment fort. Les amphithéâtres, le travail par semestre, plus de sonnerie pour signaler la fin des cours, bref, adieu le lycée, bonjour l’université : « C’est pas du tout comme l’école, c’est carrément différent. On n’a beaucoup de trous. On voit qu’il faut qu’on travaille beaucoup soit même. Il y a beaucoup de travail personnel et moins de travail en cours. C’est plus de la prise de notes. En plus en PACES on est 160. Depuis longtemps on n’a pas été autant. L’amphi est plein », raconte Keanui Pageau. « Au lycée on est plus accompagnés, on connait notre classe. Quand je me retrouve en amphi, je suis étonnée, il y a plein de gens », s’étonne Kuuleilani Hunter. Jules Curvat vient des Marquises. Pour lui aussi l’Université est un grand changement : « Au début j’étais un peu stressé (…) C’est un peu intimidant (…) Au final ça s’est bien passé. (…) Ça fait bizarre quand on vient des îles. Il y a beaucoup de gens. »

> La filière Economie Gestion, la plus prisée

Pour cette rentrée 2018, la filière Économie Gestion est toujours la plus prisée avec tout de même une légère baisse d’effectif cette année : « Ça s’explique assez facilement : une offre de BTS qui s’est étoffée sur le territoire, nous on a mis en place notre offre de DUT où on est aussi dans le vivier traditionnel de la licence économie gestion. C’est une baisse des effectifs qui s’explique assez simplement sur l’environnement local en Polynésie », détaille Patrick Capolisini, président de l’Université de Polynésie française. 

> Le parcours adapté pour lutter contre l’échec universitaire

Parmi les nouveautés, la mise en place du parcours adapté pour lutter contre l’échec universitaire. 30 à 35 étudiants par niveau feront une année de cours renforcés : « On essaie d’accueillir ces jeunes qui, a priori avaient peu de chance de réussir dans nos licences générales, sur un parcours normal. On leur propose une année pour les aider à affiner leur parcours professionnel, leur projet professionnel et mieux se préparer pour l’année prochaine. »

Patrick Capolisini, président de l’Université de Polynésie française 

Les étudiants auront aussi l’occasion d’obtenir des unités d’enseignement afin d’aborder leur 1ère année plus sereinement. Après deux ans d’absence, la licence professionnelle hôtellerie et tourisme refait également son apparition à l’UPF, en grande partie subventionnée par le Pays.

Rédaction web avec Sophie Guébel

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fortes houles : vigilance orange à Rapa, aux Tuamotu...

Météo-France Polynésie a placé en vigilance orange pour fortes houlescles zones : Tuamotu Sud, Gambier, Rapa. Et vigilance jaune pour fortes houles les zones : Tuamotu Est, Tuamotu Centre Sud, Tuamotu Centre, Australes Centre, Tuamotu Ouest. Cette forte houle provoquera une élévation importante du niveau de la mer dans les lagons exposés et de forts courants aux abords des passes.

Décès de mamie Louise Kimitete

Un grand nom de la culture polynésienne s'en est allé ce mercredi matin : mamie Louise, grande danseuse et chorégraphe au CAPF, est décédée à l'âge de 80 ans.

Covid-19 : les coursiers à la rescousse des confinés

A l’heure du confinement, la livraison à domicile permet d’approvisionner les personnes dans l’impossibilité de se déplacer. Les entreprises de coursiers de Tahiti multiplient les trajets et s’adaptent à leur tour pour assurer les livraisons à temps, et respecter au mieux les règles sanitaires.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV