mardi 20 avril 2021
A VOIR

|

Vidéo – Olivier Kressmann : « l’économie sans digital aujourd’hui c’est impossible »

Publié le

Publié le 23/01/2019 à 12:03 - Mise à jour le 23/01/2019 à 12:03
Lecture 2 minutes

En vidéo, l’interview d’Olivier Kressmann, président de l’association Polynesian tech

La Polynesian tech est une communauté d’entrepreneurs innovants lancée en octobre dernier lors du Digital festival Tahiti. Elle souhaite aujourd’hui adhérer à la French tech, un label national qui aide les créateurs de start-up. 

>>> Lire aussi : Polynesian Tech : rejoignez la communauté des entrepreneurs innovants de Polynésie

L’association Digital Festival Tahiti veut fédérer les entrepreneurs innovants du fenua. Le but est également de faire émerger de nouvelles start-ups locales. Des entreprises inévitablement liées à internet et aux nouvelles technologies. Pour Olivier Kressmann, président de l’association « l’économie sans digital aujourd’hui c’est impossible. On n’a un peu de retard. On n’a pas su suffisamment faire prendre conscience à quel point le digital contribuait au PIB d’un pays. C’est un élément fondamental. On le voit dans tous les pays du monde. La Polynésie n’est pas une exception. C’est aujourd’hui les grands enjeux du développement digital de la Polynésie. » 

Depuis quelques années, des talents émergent. Avec la mise en place du premier incubateur de start-ups polynésiennes Prism, des entrepreneurs se révèlent : « Il y a des talents cachés en Polynésie. Nous avons Kevin Besson qui est notre jeune polynésien déjà à la Station F et qui fait un projet magnifique pour la gestion des ruches avec de petits capteurs. Voyez la 3e promotion de Prism. On a de jeunes Polynésiens présents. Et la startup Cup a montré à quel point même dans les îles il y a des projets innovants. Il y a des pépites, des perles, partout en Polynésie sur le digital et il faut absolument les aider à se réaliser. »

>>> Lire aussi : Vidéo – LeadBees récompensé au concours Innovation Outremer 2018

La Polynesian tech a le soutien du gouvernement polynésien, mais aussi de l’État pour intégrer la French tech. Pour les entrepreneurs du fenua, faire partie du réseau national serait bien évidemment un atout : « Évidemment, être associés, affiliés à la French tech nous permettrait d’avoir encore plus de rayonnement au niveau national, voire international, et de permettre à nos jeunes d’être encore mieux accueillis. Je dirais même plus largement : de trouver des investisseurs pour aider les Polynésiens à réaliser des projets innovants. »

L’entrepreneuriat, c’est semble-t-il l’avenir de la Polynésie à en croire Olivier Kressmann : « Dans le domaine environnemental il y a tout à faire, dans le domaine de la santé aussi », explique-t-il par exemple. Vous avez des idées ? C’est le moment de vous lancer. 

​M.D-M avec Esther Parau Cordette 

infos coronavirus